BELLUM PATRONUM


Version 28
Une nouvelle version a été installée sur le forum, accompagnée de son lot de nouveautés.
Vous pouvez la commenter ici.
Limite des sang-purs
Les sang-pur au nom inventé sont limités aux familles d'origine étrangère.
Merci de vous rediriger vers les familles de la saga ou les familles de membres pour le reste.
équilibre des groupes
En créant votre personnage, merci de considérer jouer un élève de Poudlard, dont les nombres sont réduits.
Si vous préférez jouer un adulte, considérez jouer un mangemort, dont nous manquons également.

A great man has no family : he only has heirs. <Ryan>
avatar
employée du ministère de la magie
employée du ministère de la magie

Répartition : 10/08/2015
Hiboux Envoyés : 1243
Message A great man has no family : he only has heirs. <Ryan>
par Euphrasie D. Malefoy, Sam 23 Sep - 14:45 (#)

A great man has no family :
he only has heirs.
Ryan Rosier & Euphrasie Malefoy  

Autrefois, les Malefoy étaient si puissants… Euphrasie Malefoy, née Lestrange, le savait parce qu’elle avait appris l’histoire de cette famille, retraçant des siècles d’Histoire, des siècles d’alliances, appris des dizaines de noms importants. Les Malefoys étaient encore indécemment riches, possédaient encore leurs terres et étaient maîtres, comme ces autres grandes familles aristocratiques, de comtés sorciers. Mais aujourd’hui, l’on ne pouvait pas dire que les Malefoys étaient les plus influents. Evidemment, ils l’étaient toujours, ils étaient toujours sur les scènes économiques et politiques, ils étaient toujours présents et jouaient leurs cartes, pouvant parfois faire la différence et rafler les mises… Mais aujourd’hui, les Malefoys n’étaient pas la famille dont on citait le plus souvent le nom, celle qui était les plus à l’avant auprès du peuple. Non, cette famille-ci, était celle des Rosiers. Ces lignées qui avaient perdurées au travers du temps, grâce à des mariages souvent affiliés aux Blacks… Cette famille qui aujourd’hui était au pouvoir. Bien sûr, l’on pouvait sans doute citer un membre de chacune de ces grandes familles, qui avaient pu accéder, un jour ou l’autre, pendant un mandat écourté ou pas, à la place du Ministre de la Magie… Mais aujourd’hui, out était différent. Il n’était pas encore réellement question de ces mêmes familles qui se tiraient dans les pattes… Non. Amos Rosier avait prit le pouvoir. Amos Rosier avait réussi à faire ce que tous espéraient tout bas. Amos Rosier avait œuvré avec les mangemorts et le Seigneur des Ténèbres pour faire basculer le gouvernement. Les Rosiers étaient alors devenus la famille la plus influente dans le peuple, la famille qui avait trouvé le plus de grâce aux yeux de Vous-Savez-Qui. Une place ô combien inestimable, ô combien enviable. Et c’était à cela qu’Euphrasie Malefoy pensait précisement. Cette place. Cet honneur. Et elle n’avait su répondre à aucune des interrogations du Ministre de la Magie à propos de Ryan Rosier, ni même du Seigneur des Ténèbres. Pourquoi ne prenait-il pas place à Poudlard ? Pourquoi ne rayonnait-il pas là-bas ? Pourquoi restait-il si neutre ? Pourquoi restait-il à une place aussi basse ? Tant de questions qui se bousculaient, tant de préoccupation d’images et de jeux… auxquels Ryan ne s’était pas adonnés, depuis lui semblait-elle, longtemps. Il n’était pas ces jeux sociaux, ces jeux de représentations… Euphrasie Malefoy le savait lorsqu’autrefois, elle n’était pas encore mariée. Lorsque d’un sourire mutin, elle se faufilait à l’extérieur pour rejoindre les rues animées de Londres aux côtés de Ryan Rosier et probablement d’autres sang-purs. S’éloigner de ces mondanités barbantes que leurs parents appréciaient tant pour s’amuser, pour boire et danser. Des années où ils étaient stupides, libres, avides de joies éphémères, de plaisirs artificiels. Ils vivaient leurs vies d’adolescents, de futurs adultes. Mais aujourd’hui, Euphrasie Malefoy n’était plus une adolescente, non. Elle était une femme mariée, une mère, un agent ministériel avec des responsabilités, un soldat de la purification… et semblait-il une enquêtrice. Bien sûr, tout ce que pouvait formuler Amos Rosier constituait un ordre. Euphrasie Malefoy demeurait une langue-de-plomb selon le bon vouloir de son supérieur direct et bien plus encore lorsqu’il était question du Ministre de la Magie. Si la majorité de ses équipes étaient constitués de chercheurs sur des thèmes qui frôlaient l’éthique, tentant de percer les secrets de la magie… Certaines, bien plus dissimulées encore œuvraient pour le renseignement du Gouvernement Sorcier, ce que l’on pourrait plus communément appelés des espions. Des pions disséminés sur le territoire entier, dans le monde entier, à des points stratégiques. Informations, sabotages, éliminations… Il y avait souvent des anciens aurors, des anciens oubliateurs, des anciens tireurs d’élites… Des personnes hautement qualifiés, qui ont rarement une famille. Rarement. Sinon c’étaient généralement des motifs de persuasions. Autrefois, Euphrasie Malefoy était l’une d’elles. Cela n’avait duré que quelques années, après avoir prouvé qu’elle était douée pour s’adapter, pour se dissimuler… pour infiltrer. Pour obtenir des informations. Et lorsqu’elle était tombée dans ce monde-là, elle avait eu peur. Terriblement peur. Et si aujourd’hui elle possédait un poste de responsable, c’est certainement parce qu’elle avait prouvé sa valeur et qu’elle n’était pas morte. Pas comme certains de ses partenaires.

Et aujourd’hui, Amos Rosier avait oublié son rôle de bureaucrate et l’avait simplement poussé à reprendre ce costume étrange. Œuvrer pour son image à lui, pour son nom à lui. Jamais Euphrasie Malefoy ne pensait être amenée à faire cela. S’occuper des histoires de famille de quelqu’un d’autre. Elle avait tant à faire avec les Lestranges, avec les Malefoys, pour s’occuper en plus du neveu du Ministère de la Magie. Mais elle ne pouvait dire non. Après tout, elle était sous ses ordres directs. L’on ne refuse pas un ordre du Ministre de la Magie et elle savait qu’elle ne pourrait rien dire à son supérieur direct. Ni même à Ryan Rosier. C’était pourtant étrange. Ryan Rosier était un ami, certes plus jeunes qu’elle, mais qui avait toujours traîné avec l’élite qu’ils constituaient. Un ami qu’elle côtoyait encore et qu’elle avait plaisir à voir… bien que oui, effectivement elle avait toujours un avis assez tranché sur son poste de garde-chasse... Il aurait tellement pu trouver mieux, même en restant dans ce milieu-là. C’était un potentiel gâché à ses yeux. Mais il était responsable et libre de ses choix en tant qu’homme, possédant certainement bien moins de pression sociale. Et elle, elle n’était qu’une femme, bien qu’épouse du patriarche des Malefoys. Mais ce sujet, cela faisait longtemps qu’ils ne l’abordaient plus.

Euphrasie Malefoy transplanait devant chez les Rosiers. Un magnifique manoir flamboyant. Les massifs étaient fleuris et respiraient la vie. Peut-être bien qu’il y avait de rares enfants à l’intérieur de ces murs. C’était une douce fin de semaine. Le monde pansait les plaies de cette récente bataille… Cette bataille où la née Lestrange avait vu sa filleule tenter de la tuer, elle et Cassiopeia certainement. Une bataille qui l’avait retourné émotionnellement.

Euphrasie Malefoy sonnait et ne tarda pas à être accueillie, élégamment invitée à rejoindre le premier salon, en attendant que Ryan Rosier arrive.

Ce n’était qu’une visite de courtoisie semblait-il.

Euphrasie Malefoy portait une robe élégante, ses cheveux blonds tombant en boucles gourmandes autour de son visage. Un sourire aux lèvres, elle observait les tableaux de ce salon somptueux.

Euphrasie Malefoy entendit un bruit de pas derrière elle, qu’elle reconnaîtrait entre mille. « Bonjour Ryan. » Un sourire aux lèvres, elle se tournait vers toi. Elle te détailla quelques secondes, avant de s’approcher de toi. « Comment vas-tu ? » Ses mains glissaient contre tes épaules avant qu’elle ne vienne embrasser ta joue. Une familiarité qui trahissait vos liens qui dataient de Poudlard.


Spoiler:
 


    Soldier of purification    
    Let us accept the sacrifices of our daily life, this slow martyrdom which purifies our world. Let us accept to create the new era.
avatar
personnel de poudlard
personnel de poudlard

Répartition : 22/05/2013
Hiboux Envoyés : 3325
Message Re: A great man has no family : he only has heirs. <Ryan>
par Ryan A. Rosier, Dim 24 Sep - 11:09 (#)
A great man has no family: He only has heirs
Euphrasie et Ryan

Il n'était là que pour quelques heures. Du moins, c'est ce qu'il croyait quand il avait mis les pieds dans le domaine familial. Il n'avait pas été beaucoup là de l'été et ses parents n'avaient pas posé de questions. Pour quoi faire ? Ryan était majeur et libre de ses mouvements. Bien que la liberté qu'il avait en ce moment avait un goût amer. Il n'était pas libre, ce n'était qu'une illusion qu'on lui laissait croire. Il n'était pas dupe, il savait que ses faits et gestes étaient épiés. Il savait ce que l'on murmurait derrière son dos, il savait que l'on remettait en cause certaines choses, à commencer par son allégeance et le soutien qu'il portait à sa famille. Ryan adorait les siens et serait prêt à tout pour eux, mais les choses évoluaient. Lui aussi. À peine arrivée, il fut convié à se rendre à la bibliothèque. C'est là que son père passait son temps quand il était au manoir. Lire, toujours lire, la connaissance est la clé du monde, comme il disait si bien. Il n'avait certes pas tords, mais Ryan n'avait pas de temps à perdre à lire de vieux livres poussiéreux. Il frappa avant d'entrer, car il savait que son père n'aimait pas être dérangé. Il entra quand il entendit la réponse. Et il se rendit compte que rien n'avait changé. Les étagères étaient toujours autant fournies en livres. Une odeur particulière lui effleura les narines et il avait de nouveau l'impression d'avoir dix ans. Son père était bien là, à boire le thé, un livre à la main. Ryan esquissa un sourire et ce dernier fit signe à son fils de venir le rejoindre. La fenêtre était ouverte et il entendait des cris d'enfants. Signe que son frère aîné était dans le coin. Ce qui n'était pas pour lui plaire. Sacha, son neveu semblait rire à gorge déployée dans le jardin. Il ne venait que peu en Angleterre et ne voyait donc pas sa famille paternelle. Ryan reporta son attention sur son père qui ferma son livre et le posa sur la table. " Pas de thé pour toi, n'est-ce pas ?" " Non père, je préfère le café." Monsieur Rosier secoua légèrement la tête, mais ne disait rien. Ryan n'avait jamais compris pourquoi les siens vouaient un tel culte au thé. C'est vrai, il détestait cela et ne s'en cachait pas, mais devant son père, il n'était qu'un gamin. Il ne fallut pas attendre bien longtemps pour qu'un elfe de maison lui en apporte, comme s'il savait qu'il allait en avoir besoin. Ryan ignora l'elfe quand ce dernier lui posa une tasse de café devant lui. Il regardait son père avec intérêt. Ce dernier ne l'aurait pas convié en ce lieu pour une simple discussion. Non, Ryan le sentait, il y avait autre chose derrière tout ça. " Nous ne t'avons pas beaucoup vu de l'été, Ryan. Ta mère a trouvé cela fort dommage. J'espère au moins que tu as adressé nos plus sincères salutations à la famille Von Sachsenheim." Ryan eut un sourire aux bords des lèvres. Il est vrai qu'il avait eu l'occasion de se rendre en Allemagne, mais pas pour y trouver Orpheus. Il savait très bien où était ce dernier. Et ce n'était pas dans son pays natal. " D'ailleurs, as-tu des nouvelles d'Orpheus ? Je trouve ça tellement dommage qu'il ne coopère pas comme il le devrait... Dommage, vraiment dommage. Le Lord est furieux après lui, tu sais." Ryan garda le silence et ne disait rien. S'il y avait bien une personne au monde qu'il ne trahira jamais, c'est bien son meilleur ami. Pas après tout ce qu'ils avaient traversé ensemble. Pas après toutes ces années d'amitiés. Il porta la tasse de café à ses lèvres, laissant à son père, le loisir de reprendre la parole. " Logan va revenir habiter en Angleterre avec sa femme et son fils. Ta mère et moi, nous aimerions que pour une fois, vous vous comportez comme deux frères et non pas comme des étrangers." Ryan eut du mal à encaisser la nouvelle. Durant toute sa vie, son frère aîné n'avait été qu'un lointain mirage. Ce dernier avait dix ans de plus que lui et jamais, ô grand jamais, ils n'avaient été proches. Ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Logan, le fils parfait, petit prodige des Rosier allait revenir sur ses terres qui l'ont vu naître et grandir. Et lui, n'en était pas du tout heureux. " Parce qu'il n'est pas bien en France ?" Ce fut à son père d'avoir un léger sourire aux lèvres. " Si, bien-sûr que si, mais il estime que sa place est auprès des siens." Son père posa le regard sur lui. Ryan soutenait son regard, il n'avait jamais eu peur de son père, bien que ce dernier soit capable de colères noires et terribles. "
Une chose, que tu as, sans aucun doute oublié."
Le ton était différent, ce n'était pas un reproche, mais cela y ressemblait fortement. Ryan passait son temps à Poudlard en tant que Garde-chasse et cette place lui allait très bien. Ô, bien sûr, il aurait pu choisir mieux, mais cela lui convenait. En revanche, ce poste posait problème à sa famille. Ils n'en avaient pas reparlé depuis des années, mais maintenant que son oncle était au pouvoir, il sentait que le sujet allait revenir sur le tapis. Ryan ne disait rien, attendant de voir ce qui allait suivre avec une certaine appréhension. " Nous voulons que tu reviennes sur Londres et que tu trouve... un boulot plus adapté à notre nouvelle condition." À sous-entendre que cela ne plaisait pas à son oncle d'avoir un garde-chasse dans la famille. Ryan savait que ce poste n'était pas assez bien pour un sang-pur comme lui, mais lui s'y complaisait. " Et, admettons que je refuse de revenir sur Londres, que se passera t'il ?" Le regard de son père se durcit. Il devait bien s'attendre à un refus de sa part. Personne ne contraint Ryan Rosier à faire ce qu'il ne veut pas faire. Personne. Et encore moins ses parents.  " Ecoute mon garçon, depuis toujours tu as toujours fait comme bon te semble. On ne t'as jamais forcé à venir aux soirées mondaines,
on a accepté ton choix d'épouser Eurydice. On n'a même pas cherché à te retenir quand tu es partit après son décès. Il me semble que je ne t'ai rien reproché après ton deuxième refus de prendre la Marque, ce qui au passage, me déçois beaucoup."
Ryan gardait le silence, mais sentait la colère montée doucement, mais sûrement. Son père quant à lui restait maître de ses sentiments et ne montrait rien sur son visage. Il savait pourtant qu'il était en colère, à cause de l'intonation de sa voix. Après un léger silence, il reprit. " Aujourd'hui, nous te demandons de revenir avec nous et de soutenir ton oncle. Et de t'impliquer un peu plus. Et laisses-moi te dire que tu n'as pas vraiment le choix. Tu es un Rosier, agit comme tel." Ryan eut un sourire aux lèvres avant de prendre la parole. " Je dois dire que je voyais plutôt mère dans ce rôle. C'est elle qui aime me dire ce que je dois faire et comment je dois le faire. Vous n'aviez jamais fait attention à ce que je faisais avant, juste parce que cela vous étais égal. Votre héritier, c'est Logan, pas moi." Ryan garda le silence quelques secondes avant de reprendre la parole, d'un ton moins agressif et plus doux. Après tout, il s'adressait à son père et il lui devait le respect. " Pourquoi ne voulez-vous pas comprendre que je suis bien à ma place ?" " Parce que cela ne sied pas à Un Rosier. En aucun cas. Et n'oublies pas que ton oncle est Ministre de la Magie désormais. Nous voulons être irréprochables. Et soudés." Ryan allait répondre quelque chose, mais son père leva la main ce qui mettait fin à cette discussion. Ce dernier se leva et regarda son fils avec un sourire aux lèvres. " Nous ne voulons que ton bien mon fils, un jour, tu comprendras." Il s'éloigna vers la porte, tandis que Ryan ne bougeait pas de son fauteuil. Il se retourna une dernière fois vers son cadet et ajouta. " Oh,
et j'oubliais. Ta mère estime que tu es resté suffisamment de temps seul et que tu as fait ton deuil. Je crois qu'elle te cherche une fiancée. Ne la déçois pas."
Et ces derniers mots étaient ponctués de manière à ce qu'il comprenne ce que l'on attendait de lui. Ryan se permit de pousser un soupir lorsque la porte se referma derrière son père. Il ne s'était pas attendu à cela. Il pensait juste passé un peu de temps en famille et retourné à Poudlard le soir même, mais son petit doigt lui disait que ce ne sera pas possible. Il pensait alors à ce que lui avait dit son père, quelque part, c'était prévisible. Quitter Poudlard, mais pour quoi faire ? Il n'avait pas sa place en politique et ne savait pas ce qu'il pourrait faire de sa vie. Et puis, il était bien à son poste, il avait la paix, il voyait des élèves qu'il appréciait, enfin, c'était surtout Niamh qui venait toquer à sa porte quand ça n'allait pas fort. Et puis, il y avait Lena. Tout se bousculait dans sa tête. Il se leva de son fauteuil et s'approcha de la fenêtre. Son neveu était bel et bien dans le jardin et il apprenait à voler. Forcément. Il secoua la tête d'un air amusé. Il se retourna quand il entendit le bruit caractéristique d'un elfe de maison. Ce dernier l'informa qu'il avait de la visite en la personne d'Euphrasie Malefoy. Tiens donc. Cela faisait une éternité qu'il ne l'avait pas vue. Il faut dire aussi qu'elle avait beaucoup à faire avec ce qui se passe actuellement. Peut-être même qu'elle avait pris part à cette guerre en se rendant à Pré-au-Lard ou bien à la bataille de Godric's il y a quelques mois. Mais, sans grand succès vu que les deux villages sont maintenant entre les mains des résistants. Ryan termina son café et quitta la bibliothèque pour se rendre au petit salon. Elle était de dos, mais elle se retourna quand elle l'entendit arriver vers elle. Il eut un sourire aux lèvres. Malgré le fait que son amie soit plus âgée que lui, elle était d'une beauté rayonnante. Et il se disait que c'était dommage de ne pas la voir plus souvent, mais encore une fois, elle avait ses obligations et il avait les siennes. " Moi aussi, je suis content de te voir." Et c'était vraiment sincère. Il avait toujours estimé Euphrasie et il gardait de bons souvenirs de leur trop nombreuses escapades nocturnes quand les soirées mondaines n'étaient pas assez intéressantes à leurs yeux. " Je vais bien. Et toi ? Tu as l'air un peu fatiguée." Simple constatation. Rien de plus. Euphrasie était comme une bouffée d'air frais en cette journée qui lui réservait encore son lot de surprises. Il pensait à ce que son père venait de lui dire et il ne savait vraiment pas quoi en penser pour l'instant. Il verra plus tard, il voulait profiter de la présence de son amie pour se changer un peu les idées. " Veux-tu que nous allions dans le jardin ?" Prendre un peu l'air. Il en avait grandement besoin.

copyright Bloody Storm
 

A great man has no family : he only has heirs. <Ryan>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Ailleurs qu'ici, tout simplement :: Londres