BELLUM PATRONUM


Version 29
Une nouvelle version a été installée sur le forum, accompagnée de son lot de nouveautés.
Vous pouvez la commenter ici.
Limite des sang-purs
Les sang-pur au nom inventé sont limités aux familles d'origine étrangère.
Merci de vous rediriger vers les familles de la saga ou les familles de membres pour le reste.
équilibre des groupes
En créant votre personnage, merci de considérer jouer un élève de Poudlard, dont les nombres sont réduits.
Si vous préférez jouer un adulte, considérez jouer un mangemort, dont nous manquons également.

Open your eyes - Cassie et Sera
employée du ministère de la magie
avatar
employée du ministère de la magie

Répartition : 17/09/2017
Hiboux Envoyés : 21
Message Open your eyes - Cassie et Sera
par Serafina N. Lestrange, Dim 12 Nov - 17:45 (#)
Quatre fois. Quatre fois qu'elle relisait l'ensemble du résumé d'expérimentation de sortillège. À chaque fois ses doigts caressaient le parchemin, ses yeux glissait sur les mots calligraphier avec soin, mais l'information n'était pas traité. Sa tête était rempli de d'autres idées qui prenaient toute la place. Qui l'empêchait de travailler. Comment aurait-elle pu? Après ce cauchemar qu'elle avait vécu. La réalisation du nombre de rebelle qui grandissait. Tous ces aveugles qui refusaient d'admettre l'évidence, la réalité. Rien de moins que la vérité. Pourquoi ne voulaient-ils pas se plier? Elle pouvait comprendre qu'il pouvait être quelque peu difficile d'admettre leur infériorité pour les né-moldus et autres bâtard, même les chiens n'appréciaient pas être rétrograder dans leur meute, mais pour les sang-purs qui prenaient leur partie? Ils étaient aveuglés par leur sens de l'égalité. Faibles sorciers manipulés par cette sous-race d'être humains. Ils manquaient de sagesse, peut-être d'information aussi. On leur avait bourré le crâne dans cette école de tolérant avec toutes ces idées d'égalité et d'équité, ces aberrations qui voulaient que les né-moldus et sorcier au sang-pur devaient avoir la même valeur. Les né-moldus étaient une erreur de la nature, un coup de dé. Rien de plus. Ils n'avaient pas leur place au sein de la société moldu et trop de sorcier leur succombait. Il était vrai qu'en apparence, les sorciers et les moldus se ressemblaient, mais les chats domestiques et les lions appartiennent tout deux à la même espèce et on ne les accouple pas pour autant, c'est contre nature. Toutes ces idées obscène lui donnèrent la nausée. Pire encore, elle se rappela des rumeurs voulant que Jill héberge des né-moldus dans la demeure ancestrale des Peverell. Maudit Peverell et leur tolérence.

Elle ferma les yeux un instant, puis pris une profonde inspiration. Son esprit était empli d'images, de lumières jaillissant des baguettes, de cris, de poussière, d'odeur, de visages connus et inconnus. Elle devait faire le vide. Sortir tout cela de son esprit pour pouvoir travailler. Faire avancer sa cause. Elle posa la pile de parchemin sur le bout de son bureau puis se dirigea vers sa chambre. D'un coup de baguette, le sol s'ouvrit devant elle et du trou béant qu'il avait laissé, sortie un grand bol de jade, aux délicats dessins à l'encre doré. À l'intérieur valsait un liquide clair comme de l'eau. Elle posa sa baguette à sa tempe et sorti de son esprit un ruban de souvenir qu'elle envoya se diluer dans la pensine.

Elle l'avait vu, la chair de sa chair, aux côtés des rebelles, de ses traîtres, de ses vauriens. Attaquer ses semblable, s'en prendre aux gens qui avaient pris soin d'elle depuis sa plus tendre enfance. Comment avait-elle pu leur tourner le dos à tous? Ceux qui étaient sa famille, son sang. Ceux qui l'aimaient vraiment. Serafina se sentait à la fois trahis et apeurée. Ça ne pouvait venir vraiment d'elle. Forcément elle avait été manipulée ou pire encore, ensorcelée. Elle devait être sous le joug de l'imperium, ce ne pouvait être que ça. Son père avait toujours été un homme faible, un traître à son sang, il lui avait fallu des années pour s'en apercevoir, mais Sera avait fini par voir clair et remédié à la situation. Heureusement, son absence avait jouer à son avantage puisqu'il n'avait pas pu vraiment contaminer leur fille avec ses idées absurdes, enfin elle l'espérait. Ce devait être ce sale sang-de-bourbe de Blackbird qui l'avait transformer. Sa petite princesse pure comme le cristal taché par ce monstre de la nature.

Elle ne la vu qu'un instant, le temps de voir le sort jaillir de sa baguette et se diriger vers les employés du ministère, puis le noir. Serafina avait été frappé de plein fouet et avait perdu conscience au milieu des sorciers. On l'avait vite sortie du lot et elle avait été amené à Ste-Mangouste le temps de reprendre conscience. À son réveil, elle avait refusé d'être sous surveillance et était retournée chez elle, honteuse d'avoir été frappé dès le début de la bataille, d'avoir apprit qu'ils avaient dû reculer. Mais ce n'était qu'une bataille et elle ne définissait pas la finalité de la guerre. La voix de la raison l'emporterait. Ils ne pouvaient pas perdre.

Elle tapota la pensine du bout de sa baguette et elle disparue sous les lattes du planchers. Dans un soupir, elle se releva en défroissant le bas de sa jupe. Sur le seuil de la porte se tenait un petit être à la peau grisâte et aux oreilles démesuré. La créature portait ce qui restait de ce qui avait dû être une taie d'oreiller d'une autre époque. Elle était brunit par la crasse et il en dégageait une odeur de poussière et de veille huile de cuisine.

« Elfe, ne peux tu pas au moins laver ce truc, ça empeste...   »

« Oui madame, pardon madame. J'y vais tout de suite et Madame Beurk est là pour vous, elle est au salon. »

« Et la domestique? Tu ne devrais même pas t'adresser à moi... enfin. »

La femme haussa les sourcils. Plus rien n'allait en ce moment. Elle passa devant l'elfe de maison qui s'écarta juste à temps devant la sorcière qui n'avait pas dévié son chemin pour la créature. D'un pas décidé, elle franchi l'appartement et se dirigea vers le salon où était déjà assise son amie de longue date.

Le salon était incomparablement plus petit que celui du manoir Peverell, mais il n'en était pas moins décoré avec goût. Si elle ne résidait plus dans le manoir qui l'avait accueilli depuis son mariage, Serafina avait conservé un appartement luxueux de Londres dont elle avait hérité de ses parents. Un grand appartement au dernier étage d'un immeuble de quartier sorcier. La décoration était classique avec ses velours, tableaux de famille et meubles d'antiquités, le tout dans des teintes harmonieuses de vert et d'argent.

L'Anglaise fut soulager de voir son amie saine et sauve. Bien qu'elle n'était pas des plus démonstrative, elle avait été inquiète pour ses proches qu'elle savait au combat la veille. Elle espérait seulement qu'elle ne venait pas lui annoncé une mauvaise nouvelle en ses jours sombres.

« Cassie, heureuse de te voir en un seul morceaux. »

Malgré la joie qu'elle éprouvait à la voir, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir encore cette colère qui ne voulait la quitter depuis que sa fille avait séjourné au complexe sans que Cassiopeia ne puisse l'en faire sortir. Elle lui en voulait, qu'elle, puissante sorcière qu'elle était, n'ait pu faire sortir son bébé de cet endroit qui aurait dû être réservé aux vrais traîtres et sous-races du monde sorcier. Jill n'était pas une traîtresse, elle était une victime et il fallait la sauver.




desperate diseases, desperate cure
you are only protected. Your freedom is a parasite, you rely on the energy of honorable. You who have enjoyed freedom, now you are going to have to pay for your past freedom from your blood.
 

Open your eyes - Cassie et Sera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Royaume-Uni :: Londres