BELLUM PATRONUM


Version 30
Une nouvelle version a été installée sur le forum, accompagnée de son lot de nouveautés.
Vous pouvez la commenter ici.
Limite des sang-purs
Les sang-pur au nom inventé sont limités aux familles d'origine étrangère.
Merci de vous rediriger vers les familles de la saga ou les familles de membres pour le reste.
équilibre des groupes
En créant votre personnage, merci de considérer jouer un élève de Poudlard, dont les nombres sont réduits.
Si vous préférez jouer un adulte, considérez jouer un mangemort, dont nous manquons également.

Saigne pour tes rêves
avatar
habitant de londres
habitant de londres

Répartition : 09/09/2017
Hiboux Envoyés : 14
Message Saigne pour tes rêves
par Aaron Avery, Dim 12 Nov 2017 - 18:10 (#)
Plongé dans ses papiers, Aaron est enfermé dans son bureau depuis le début de la matinée. C’est son elfe de maison qui ose timidement le déranger pour le prévenir de l’arrivée imminente de sa filleule. « C’est bien. Va donc préparer le service à thé. » L’aîné Avery répond d’une voix lasse, en quittant ses notes du regard. Il se laisse tomber au fond de son siège, soupire, et passe une main dans ses cheveux, comme pour chasser la profonde réflexion dans laquelle il était plongée l’instant d’avant.

Pour ne pas faire attendre Delliha, Aaron quitte finalement son bureau qui se verrouille de lui-même lorsqu’il sort de la pièce. Il a repris des forces, depuis l’enterrement de Leigh, mais la douleur de la perte se lit encore dans son regard. Il la camoufle derrière un large sourire bienveillant. Une enfant n’a pas à se préoccuper de ces choses funestes. « Delliha ! J’espère que tu as fait bon voyage ! » Il la serre fugacement contre lui et laisse le soin à l’elfe de maison de la débarrasser de ses affaires. « Viens, allons dans le salon, Kepler a préparé du thé. » Il la laisse s’installer, et l’observe un bref instant, comme si d’un simple regard il serait capable de deviner ses secrets. « Alors, comment est-ce que tu vas ? » Aaron prend son rôle de parrain très au sérieux. N’ayant lui-même pas d’enfant, il veille sur elle avec une attention qu’on ne lui connait pas. Une attention d’autant plus exagérée par le fait que sa propre famille soit en train de disparaître plus rapidement que prévu, après ce meurtre odieux dont elle a été victime.

Ses pupilles sombres se posent brièvement sur le patronus de sa filleule, sans qu’il ne laisse transparaître la moindre émotion à son égard. Il regrette l’existence de ce grand loup aux yeux rouges. Il a beau être impressionnant, il n’en représente pas moins une faiblesse de taille. Pourtant, il se garde bien de dénigrer cette partie intégrante de la pauvre enfant. C’est la victime directe, comme les autres, d’une terrible erreur d’un gouvernement incompétent. Les enfants ont été forcés d’apprendre à vivre avec ce handicap, et de ce qu’Aaron a entendu, Delliha se débrouille très bien. Cette idée le rassure finalement.

Kepler attire l’attention des sorciers en apportant le thé et les biscuits, qu’il sert avec une magie précise et rapide. Aussitôt fait, il disparaît à nouveau pour ne pas s’imposer davantage à la conversation. « Et à Poudlard ? Comment se passe ta rentrée ? » Aaron ose finalement demander d’une voix légèrement inquiète. Leigh, qui y était professeur de métamorphose, était celle qui lui envoyait des nouvelles. Elles étaient rarement rassurantes, mais depuis la bataille de Pré-au-Lard, les tensions doivent y être omniprésentes. L’Auror s’empare de sa tasse pour calmer sa nervosité et écoute sa filleule avec attention. « Tu t’y sens en sécurité ? » Il questionne soudainement d’un air suspicieux, manquant clairement de confiance envers les gardiens de l’école. Il sait pourtant que Delliha a reçu des cours supplémentaires, imposés par son père. Il fut un temps où le sorcier aurait pu désapprouver pareille éducation, mais désormais il lui semble que c’est la seule bonne solution. Malgré le jeune âge des étudiants de Poudlard, ils doivent savoir se défendre contre cette résistance qui loge aux portes de l’école.
avatar
élève de serpentard
élève de serpentard

Répartition : 06/12/2015
Hiboux Envoyés : 3058
Message Re: Saigne pour tes rêves
par Delliha A. McLeod, Dim 19 Nov 2017 - 0:23 (#)
Une nouvelle rentrée.

Une nouvelle entrée, terriblement différente, en terme de responsabilité et d’évènements.

Il y avait eût cette insigne de préfète reçu au cours de l’été passé au sein de différent hôpitaux pour des stages complémentaires.

Il y avait eût l’arrêt de Poudlard Express, non-prévu. La descente des nés-moldus. Une réalité étrange et particulièrement grisante.

Il y avait eût cette heure de cours particulière où elle avait infligée un Doloris a une étudiante qu’elle ne nommait pas.

Il y avait eût ce rapprochement notable et dégradant avec cet impur.  

Il y avait eût ce manque de contact avec son promis.

Il y avait eût ces responsabilités supérieures à Sainte Mangouste.

Il y avait aussi cette maladie qui rampait de nouveau jusqu’à elle…

Il y avait eût cette entrevue avec Cassiopeia dans les bureaux des Disciples, des révélations crues et précises sur la réalité de ce monde, les séquelles du précédent affrontement contre les rebelles.

Il y avait eût tant de chose et si peu de temps pour tout digérer, pour tout comprendre et surtout pour prendre une direction correcte. Simplement des mensonges qu’elle se forçait encore à avaler, à trop se voiler la face sur sa réalité et son destin. Une incertitude poignante et angoissante qui ne cessait de virevolter dans son esprit…

Delliha McLeod avait toujours été une enfante si parfaite. Mordante lorsqu’il le fallait, capable de s’imposer et réclamer ce qu’elle désirait avec politesse et assez de force pour se faire entendre. Elle était le parfait reflet de sa mère, qui avait su se défaire suffisamment de la soumission patriarcale pour prendre poste à Sainte Mangouste et gravir rapidement les échelons…. Delliha McLeod avait toujours cherché l’approbation de ses aînées. Elle, l’enfant imparfaite, l’enfant malade qui a du se saigner les veines pour parvenir à se faire considérer comme leur égal à tous, malgré ses faiblesses. Et pourtant, elle continuait à jouer de cette faiblesse auprès du reste du monde, pour tromper les apparences, pour mieux se faufiler tel un serpent manipulateur…

Mais aujourd’hui, elle était perdue. Ses repères étaient perturbés.

Son mentor était en prison.
Son modèle était mort.
Ses parents étaient trop occupés ailleurs, probablement en rapport avec leur allégeance pour le Lord.

« Delliha ! J’espère que tu as fait bon voyage ! »  La poupée sourit poliment, bien qu’elle se crispe légèrement, trop peu habituée à ce genre de contact familier. Pourtant, elle sait qu’elle n’a rien à craindre de son parrain. « Très bon. » Et elle suit Aaron Avery, alors qu’elle laisse son menu bagage à Kepler.  

Elle pénètre dans un spacieux salon. Elle rejoint le canapé face auquel trône le service à thé fumant. Elle s’installe après son aîné, et relève ses yeux si clairs sur son visage. « Alors, comment est-ce que tu vas ? » Une question de politesse, à laquelle elle ignorait toujours si elle devait se montrer franche. Bien sûr que non. Il y avait toujours tant d’apparence à tenir… Comme cette poudre sur la peau de son visage pour lui donner quelques lumières et teintes vivantes, rassurante. Pour ne pas embarrasser avec les traits de la maladie et de sa pâleur maladive.  

Alors un sourire étire ses lèvres rosées et elle souffle : « Très bien… Je suis contente que la rentrée soit arrivée… Je commençais à m’ennuyer. » Elle est sincère et pourtant un brin narquoise.  Cela avait toujours été particulier pour elle, lorsque sa maladie faisait rage de tenir ses cours.

Lorsque le thé est servit, elle attends une nouvelle fois que son aîné de se serve ou attrape sa tasse pour en faire autant. « Et à Poudlard ? Comment se passe ta rentrée ? » Elle hausse légèrement une sourcil avant de reposer son regard sur toi. « Mouvementée…. N’êtes-vous pas au courant des récents évènements à Poudlard, impliqués par les derniers  ? » Elle glisse une cuillée de sucre dans sa tasse, avant de mélanger doucement, sans émettre le moindre bruit avec sa cuillère de porcelaine. « Des agents ministériels sont venus faire descendre les né-moldus du Poudlard Express… et de nouvelles règles sont en vigueur au sein de Poudlard… » Règles qu’elle se devait de faire respecter à présent. Et quand bien même elle avait obtenu l’insigne de Préfète, elle se demandait si elle l’aurait si le conseil d’administration n’avait pas changé… Elle se demandait si il ne récompensait que son nom ou ses véritables capacités….. « Tu t’y sens en sécurité ? » Elle déglutit légèrement en reposant son regard sur son parrain. Il est vrai que l’un des villages rebelles n’étaient pas si loin de Poudlard. « Oui… La sécurité a été renforcée, il y a de nombreux agents de sécurité maintenant… Et nous avons reçus des consignes très précises lorsque nous faisons nos rondes… Même si nous avons un doute… » Elle sourit faiblement, sans rien dire.

Elle n’ose pas aborder le sujet de la perte de ta sœur. A vrai dire, elle n’en sait que peu à ce sujet, elle a simplement appris ce sombre évènement au détour d’une conversation. Elle n’a reçu aucune lettre pour annoncer l’enterrement, mais elle se mord un peu l’intérieur de la lèvre avant de demander : « Et vous… ? Comment allez-vous ? » Elle se demande encore si elle sera traîtée comme une enfant, incapable de comprendre la réalité, écartée de la vérité, ou si tu allais la traitée comme ton égal. Elle détestait cette sensation, qui pourtant semblait de plus en plus lointaine en temps qu’interne à l’hôpital. « J’imagine que vous devez déborder de travail… ? »  Elle est soucieuse elle aussi et elle garde son regard sur toi un instant, avant de prendre une gorgée du thé brûlant.


    heiress of extremists
    The extremes mark the border beyond which life ends, and the passion for extremism, in art as in politics, is a disguised desire for death.

Spoiler:
 
 

Saigne pour tes rêves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Royaume-Uni :: Londres