BELLUM PATRONUM


Version 30
Une nouvelle version a été installée sur le forum, accompagnée de son lot de nouveautés.
Vous pouvez la commenter ici.
Limite des sang-purs
Les sang-pur au nom inventé sont limités aux familles d'origine étrangère.
Merci de vous rediriger vers les familles de la saga ou les familles de membres pour le reste.
équilibre des groupes
En créant votre personnage, merci de considérer jouer un élève de Poudlard, dont les nombres sont réduits.
Si vous préférez jouer un adulte, considérez jouer un mangemort, dont nous manquons également.

Well... Hello, I guess - Quinn
En ligne
avatar
Élève de serpentard
Élève de serpentard

Répartition : 05/05/2016
Hiboux Envoyés : 5315
Message Well... Hello, I guess - Quinn
par Sebastian D. Prince, Lun 1 Jan - 20:14 (#)


Well... Hello, I guess ? Sebastian & Quinn
Sebastian souffla et sorti de sa chambre – enfin, celle qu’il occupait quand il était chez Leviathan, en fait, et qu’il avait donc décrété être la sienne – d’un pas hésitant, jetant un bref coup d’œil autour de lui. Normalement son parrain n’était pas là aujourd’hui mais savait-on jamais, il valait mieux vérifier. Pour être honnête, quand il était arrivé il était simplement trop dans le mal pour réaliser quoique ce soit, il n’était même pas certain de savoir comment il avait réussi à transplaner jusqu’ici sans se désartibuler gravement – parce que oui il était quand même arrivé jusqu’ici légèrement blessé. D’ici à savoir si c’était dû aux combats à Poudlard ou à son transplanage, il n’en n’avait aucune idée. Il savait simplement que si Léviathan était heureux de le voir, il n’était pas forcément ravi de le voir débarquer ainsi, ce que le jeune homme pouvait comprendre. Simplement, il ne savait pas où aller autrement. Chez ses parents, c’était le moyen parfait pour qu’on le force à prendre le remède, et il ne voulait pas être un fardeau pour le père et la belle-mère de Shawn. Et pour Shawn lui-même.
Un spasme de douleur le traversa, crispant son visage et lui faisant resserrer sa prise sur le corps qu’il portait entre ses bras, contre son torse. Il savait pertinemment que cette fois-ci, la douleur ne venait pas de lui. Il savait que ça venait d’Eïuvi, le chat des sables recroquevillé dans le giron de son sorcier n’en n’avait plus pour très longtemps. Cela allait bientôt faire deux semaines et cette peste était réglée comme une horloge. Son patronus allait disparaître. Encore. Il n’était plus très sûr de si c’était la première fois ou non, et si non combien il y en avait eu depuis le recommencement de ce fléau. Il savait qu’il allait mieux, lui, du moins qu’il était censé aller mieux mais la vérité était tout autre. Trop fortement lié à son patronus, subissant la maladie depuis trop longtemps, il commençait avoir du mal à se remettre complètement durant les moments où la maladie ne s’acharnait que sur le félin. Son corps était épuisé et n’avait jamais réellement le temps de reprendre des forces et son esprit – encore plus fatigué de subir et la douleur du jeune homme et celle de l’autre partie de son âme – influençait grandement le premier, faisant réapparaître des symptômes qui ne devraient plus être là. L’esprit est plus fort que le corps, disait-on, et le sien avait pris trop de coups, dernièrement. Ironiquement, son esprit fragile était l’une des raisons qui le poussaient à subir tout cela, sachant parfaitement que perdre définitivement Eïuvi ne ferait qu’aggraver les choses pour lui.

Arrivant dans la cuisine, il déposa le corps tremblant sur le comptoir, lui murmurant quelques paroles réconfortantes suivies de caresses apaisantes, sans recevoir de réponses en retour. Que cela fut dû à l’épuisement d’Eïuvi ou au fait que la communication entre était coupée, il n’en savait rien. Précautionneusement, il fouilla dans les placards à la recherche de quelque chose de comestible, jurant à voix haute sur le fait que ces derniers n’avaient visiblement pas été réapprovisionné récemment. Forcément. Agacé, il passa une main fatiguée sur son front en sueur, la ramenant dans ses cheveux où des mèches restèrent à défier la gravité à cause de l’humidité. « T’as une sale tête. » Sursautant, il jeta un coup d’œil incrédule au félin qui lui jetait lui-même un regard moqueur, sous la souffrance et la fatigue. Reniflant, il se contenta de répliquer d’un ton bas « Et c’est toi qui dit ça, hein ? » Le chat aurait pu qu’il aurait haussé des épaules. La conversation n’eut pas le temps de continuer qu’un tambourinement résonna dans tout le studio, les faisant tous deux violemment tressaillir. Hésitant, le sorcier resta une seconde immobile, oscillant sur ses pieds et fixant l’entrée avec méfiance. Entre la chute du ministre et Poudlard, la paranoïa était de mise quand l’on commençait à frapper à votre porte avec cette vigueur. Pas qu’il n’eut jamais eu réellement besoin d’une excuse pour être paranoïaque, ceci dit. Ce ne fut que lorsqu’une voix accompagna les bruits de coups qu’il bougea. Il reconnaissait cette voix-là. Il ne s’était jamais… Disons jamais réellement entendu avec la propriétaire ; ils avaient une opinion différente sur comment s’occuper d’une enfant ; mais il la connaissait et il savait qu’elle était liée à Bonnie, l’amie de Leviathan, et que quelque part ça faisait de Quinn Warren quelqu’un qui était aussi lié à lui et donc quelqu’un qu’il ne pouvait ignorer. Et ce, même si cette dernière avait été déclarée quelques mois plus tôt d’abord comme disparue puis comme Résistante. Récupérant son patronus, ce dernier s’accrochant à lui de toutes ses griffes, il s’approcha de la porte d’un pas nerveux. Par réflexe, il repassa une main dans ses cheveux, la crispant sur sa chemise puis sur son pantalon avant d’ouvrir le battant. Il y eut un long moment de silence alors qu’il contemplait la jeune femme qui avait l’air franchement fatiguée elle aussi. Il se sentait un peu moins seul avec son teint cadavérique, ses joues creusées et son regard éteint, c’était déjà ça. Et malgré le fait qu’il s’attendait plus ou moins à la trouver sur le pallier, il ne pouvait s’empêcher de la fixer comme on fixerait un fantôme qui reviendrait de manière absolument imprévue et elle lui rendait plus ou moins son regard, les deux tout aussi surpris de découvrir l’autre derrière la porte. «  Warren. » Lâcha-t-il d’un ton plat, même si vaguement perplexe et interrogatif. « Ta… Sœur ? » Il avait brièvement hésité sur l’appellation, l’esprit plus suffisamment clair pour se souvenir de chose dont il n’avait pas eu besoin durant des mois. « N’est pas dans le coin. Essaie ailleurs. » Il lui aurait bien refermé la porte à la figure si elle n’avait pas tiré une tête aussi peu avenante et si, quelque part, le préfet-en-chef ne se doutait pas fortement qu’elle savait très bien que Boston n’était pas là et qu’elle venait ici pour toute autre chose qu’une visite de courtoisie.
©️ Pando


 

Well... Hello, I guess - Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Royaume-Uni :: Londres