BELLUM PATRONUM


BP souffle sa cinquième bougie
Un grand merci à tous les membres, passés et présents, de faire vivre le forum
Pour l'occasion, un sujet a été ouvert pour vous permettre de vous exprimer juste ici.
Version 31
Une nouvelle version a été installée sur le forum, accompagnée de son lot de nouveautés.
Vous pouvez la commenter ici.
Limite des sang-purs
Les sang-pur au nom inventé sont limités aux familles d'origine étrangère.
Merci de vous rediriger vers les familles de la saga ou les familles de membres pour le reste.
équilibre des groupes
En créant votre personnage, merci de considérer jouer un élève de Poudlard, dont les nombres sont réduits.
Si vous préférez jouer un adulte, considérez jouer un mangemort, dont nous manquons également.

it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
mischief managed
avatar
mischief managed

Répartition : 05/04/2018
Hiboux Envoyés : 4
Message it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Eugenia B. Lancaster, Jeu 5 Avr 2018 - 18:58 (#)
Eugenia Berenice
Lancaster
ft. phoebe tonkin
sang-mêlée
vingt-quatre ans
célibataire à roulettes
hétérosexuelle
étudiante en deuxième année d'enseignement magique, parcours recherches
un colibri
pro-ordre
dark dreams (avatar)
À propos
Nom: Laskaris (Λάσκαρις), nom grec qu'elle a hérité de sa mère. Pour diverses raisons, elle a fait le choix de l'adapter en Lancaster lorsqu'elle est revenue vivre au Royaume-Uni avec ses filles. Elle ne sait pas comment s'appelait son père, même si elle a toujours désiré en savoir plus sur lui. Sur lui, ce fantôme de son existence. Sur lui, la chimère, l'ombre de toute une vie. Prénom: Eugenia Berenice (Ευγενια Βερενίκη), deux prénoms grecs. L'un signifie martyr, l'autre porteuse de victoire. Une antithèse. Un oxymore. Parfois, Eugenia a l'impression que cela résume parfaitement ce qu'elle est. Néanmoins, tout le monde l'appelle Ginny. Âge et Date de Naissance: Ginny est âge de vingt-quatre ans. Elle a vu le jour le 17 octobre 1959, à Santorin en Grèce, juste après sa sœur jumelle, Scarlet. Nature du sang: Sang-mêlée. Sa mère l'est ; ne connaissant pas son père, elle n'a aucune idée de sa nature de sang à lui. Cependant, cela lui importe guère. Eugenia est persuadée que la magie va bien au-delà de simples histoires de généalogie. Situation familiale: Ginny a une soeur jumelle. Cette soeur jumelle qu'elle aime de tout son coeur, cette soeur jumelle pour qui elle serait capable de pardonner toutes les erreurs. Miroir du Rised: Elle, debout. Elle, tout simplement debout. Epouvantard: Sa soeur dans son fauteuil, elle à côté. Eugenia ne supporte pas l'idée que leurs rôles auraient pu être inversés. Selon elle, c'est à elle de porter ce fardeau. Composition de la baguette magique: Sa baguette mesure vingt-sept centimètres et est en bois de sureau. Elle contient en son coeur une plume de phénix.  Etudes Suivies: Ginny est en deuxième année de recherches (enseignement magique), spécialisée dans la magie native. Animal de compagnie: Aucun.
Caractère
Eugenia est une personne à la fois introvertie, renfermée et plutôt solitaire. Les amis qu’elle a peuvent se compter sur les doigts d’une main ; ce n’est pas parce qu’elle a une profonde aversion envers l’espèce humaine mais plutôt parce qu’elle est persuadée de ne pas être à la hauteur pour les autres. De ne pas suffire. De ne pas être assez bien. Elle est très altruiste et dévouée une fois qu'on la connaît, capable de tout pour les personnes qu’elle porte dans son coeur.
Mais, ce que l’on remarque, surtout, est que Ginny vit dans la retenue. Dans la retenue constante. Dans la retenue d’elle, dans la retenue de ses gestes, dans la retenue de ses sentiments. Quelque part, cela était comme si elle ne s’assumait pas ; comme si elle n’assumait pas son coeur, comme si elle n’assumait pas sa personnalité, comme si elle n’assumait pas d’être ce qu’elle était.  Lorsqu’on la voit, c'est surtout sa douceur que l'on remarque, couplée à son humour discret.
Néanmoins, elle n'en demeure pas moins tenace et déterminée, peut-être même inspirante pour certains. Dans la retenue, peut-être. Il n’empêche qu’elle est capable d’accomplir de grandes choses et se tient aux objectifs qu’elle se fixe avec une rigueur sans égal.  Elle se livre à des combats silencieux. Elle ne fait pas de vague mais chaque jour est une nouvelle bataille et elle s’acharne à vouloir gagner la guerre. Guerrière muette. Combattante acharnée.
Eugenia est une personne de perspicace et très observatrice, mais aussi curieuse à l’extrême. Elle remarque tout, elle voit tout et, surtout, elle sait tout. Si bien qu'une fois qu'elle a une chose en tête, son perfectionnisme fait qu'elle est difficile à arrêter. Elle fonce, oui. Elle défend ses convictions comme s’il s’agissait des seules choses qu’elle possédait. Des seules choses qu’elle pouvait défendre. On peut considérer qu'elle est insolente à ses heures, très sarcastique sans la moindre hésitation, mais cela n'est qu'une combinaison de son côté cérébral et son côté créatif.
Patronus
Il s’appelle Wakinyan, qui est le Lakota pour l’oiseau du tonnerre. Il est un colibri qui est apparu à ses côtés à la suite de son accident. Il s’auto-proclame native, mais Eugenia s’est appliqué à plusieurs reprises de lui expliquer qu’étant intimement relié à elle, il ne venait pas d’Amérique du Nord mais de Grèce. Il dit qu’il comprend mais elle sait qu’il n’est pas entièrement convaincu. Il ne sait pas voler, il ne sait pas marcher. Il reste sur son épaule et parle, parle sans cesse d’un ton espiègle dans son esprit. Il chante, également. Il passe son temps à chanter avec ces petits cris fluets.
Ce n’est pas celui qu’elle a toujours eu, non. Avant, elle avait un loup. Un grand loup blanc qui marchait derrière elle, le dos vouté. Un loup solitaire et désabusé, qui passait son temps entier à ruminer, qui passait son temps entier à se lamenter. Un loup qui s’appelait Ezra. Mais c’est un loup qui n’est plus, qui a disparu ; elle ne l’a plus jamais revu depuis que sa vie a volé en éclat.
Elle suppose qu’il est décédé. Qu’il est mort lors de l’impact.
Elle a fait son deuil, maintenant.
Eugenia se souvient encore du jour où elle a rencontré Wakinyan ; elle venait de passer quatre jours dans un sommeil artificiel, le temps que les Magicomages s’occupent d’elle. Lorsqu’elle avait enfin ouvert les yeux, elle n’avait pas vu sa mère et sa sœur qui attendaient à son chevet, non. Elle avait vu ce colibri qui sautillait joyeusement autour d’elle, lui donnant des petits coups de bec sur la main, comme s’il voulait qu’elle émerge plus vite de son brouillard. Il avait piaillé de toutes ses forces pour m’accueillir dans le monde des vivants. « Eh bien, il était temps ! J’ai eu l’impression d’attendre mille ans avant d’enfin faire ta connaissance ! Moi c’est Wakinyan. Tu peux le dire à ta sœur ? Parce que pour l’instant elle m’appelle le sale piaf. J’aime pas quand elle m’appelle le sale piaf. C’est un peu méchant. Elle est méchante ? ». Et, depuis, il n’était jamais parti. Et il continuait de poser autant de questions.
En revanche, il arrivait encore à Scarlet de l’appeler le sale piaf.
Eugenia ne pouvait pas totalement lui en vouloir. Wakinyan était un sale piaf, parfois.
Parfois, elle ressentait du soulagement. Le soulagement qu’il ait remplacé Ezra. Le soulagement que sa joie de vivre apporte des éclats de lumière dans son existence. Puis, à chaque fois, elle s’en voulait. Elle s’en voulait d’être soulagée de la disparition de son ancien patronus alors qu’il n’avait jamais été méchant avec elle.
Eugenia est immunisée face à la Peste des Patronus : voir la sœur la subir lui a brisé le cœur, cependant. Elle n’a donc pas pris l’antidote. Si, lorsqu’Ezra était son compagnon, elle était outrée par l’inconscience du Ministère d’avoir provoqué un tel phénomène, elle en est devenue reconnaissante. Après tout, Wakinyan est devenu si indispensable à son quotidien.
Pseudo et âge: which witch, vingt-quatre ans comme Ginny gérardrpz Où as-tu trouvé le forum ? on m'a forcée à venir gérardrpz Personnage: inventée avec mon cerveau et celui de Laura gérardrpz As-tu un autre compte sur BP ? sans commentaire gérardrpz Présence: c'est compliqué gérardrpz Une remarque ? gérardrpz gérardrpz gérardrpz (Daengelo)


Dernière édition par Eugenia B. Lancaster le Mar 10 Avr 2018 - 11:13, édité 2 fois
mischief managed
avatar
mischief managed

Répartition : 05/04/2018
Hiboux Envoyés : 4
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Eugenia B. Lancaster, Jeu 5 Avr 2018 - 18:59 (#)
Histoire
Happiness can be found even in the darkest of times

santorin, grèce, 1959-1964
take me back to the beginning of this tale,
when the night used to shine brighter than the day,
and the stars used to dance across the twilight sky.

Per hoc minui studium suum existimans Paulus, ut erat in conplicandis negotiis artifex dirus, unde ei Catenae inditum est cognomentum, vicarium ipsum eos quibus praeerat adhuc defensantem ad sortem periculorum communium traxit. et instabat ut eum quoque cum tribunis et aliis pluribus ad comitatum imperatoris vinctum perduceret: quo percitus ille exitio urgente abrupto ferro eundem adoritur Paulum. et quia languente dextera, letaliter ferire non potuit, iam districtum mucronem in proprium latus inpegit. hocque deformi genere mortis excessit e vita iustissimus rector ausus miserabiles casus levare multorum.

londres, angleterre, 1964-1971
call yourself a shadow, and call me a star.
i’ll still find stardust on your lips,
as you find darkness seeping out of mine.

Per hoc minui studium suum existimans Paulus, ut erat in conplicandis negotiis artifex dirus, unde ei Catenae inditum est cognomentum, vicarium ipsum eos quibus praeerat adhuc defensantem ad sortem periculorum communium traxit. et instabat ut eum quoque cum tribunis et aliis pluribus ad comitatum imperatoris vinctum perduceret: quo percitus ille exitio urgente abrupto ferro eundem adoritur Paulum. et quia languente dextera, letaliter ferire non potuit, iam districtum mucronem in proprium latus inpegit. hocque deformi genere mortis excessit e vita iustissimus rector ausus miserabiles casus levare multorum.

poudlard, écosse, 1971-1979
tragedy is sewn into your soul, darling,
no matter how bright your halo glows,
you will always, eventually, fall.

J’observai ma sœur depuis la table où je venais d’être répartie. J’étais assise au bord du banc, comme si je m’apprêtais à bondir d’un moment à l’autre. Comme si je m’apprêtais à sauter de joie. Comme si je m’apprêtais à fuir. Fuir. Fuir. Fuir. Puis, finalement, on l’appela. Lancaster, Scarlet. Je fronçai les sourcils, mon cœur battant la chamade. Au fond de moi, je connaissais déjà la réponse. Au fond de moi, je savais déjà ce qui allait en être. Au fond de moi, j’avais conscience du monde entier qui nous séparait. Au fond de moi, je savais que nous étions comme la lune et le soleil, comme le jour et la nuit.
Elle avait toujours brillé beaucoup plus que moi. Cela n’avait jamais été un problème. Au contraire, je m’étais toujours délecté de la lumière qui l’habitait, malgré nos différences.
Elle était ma meilleure amie. Ma moitié. Elle était le chainon manquant qui habitait ma poitrine. Elle m’était indispensable au point où je ne parvenais pas à cesser d’y croire. A cesser de me dire que nous serions réparties dans la même maison. A cesser de me dire que nous vivrions cette aventure ensemble, comme nous avions bien pu vivre toutes celles auparavant.
J’étais heureuse d’être à Poudlard. J’étais heureuse d’avoir revêtu l’uniforme de l’école de sorcellerie. J’avais passé mon été à dévorer des manuels entiers, au grand damne de ma sœur ; j’avais passé une bonne partie de mes soirées, également, à râler d’être née en Octobre. Mais tu te rends compte, Scar, ça veut dire qu’on rentre un an après ! C’est pas juste ! Ma sœur avait passé son temps à lever les yeux au ciel à m’entendre mais je savais bien qu’elle avait eu tout aussi hâte que moi d’entrer à Poudlard ; peut-être pas pour les mêmes raisons, mais elle avait eu hâte quand même. Mais, en cet instant précis, je ne savais même plus si j’étais heureuse d’être ici.
Et, le verdict tomba. « Serpentard ! » Je sentis mon sang se geler. Je suivis ma sœur du regard, jusqu’à ce que nos yeux ne se rencontrent. J’haussai les épaules comme pour lui dire que ce n’était pas grave.
Mais, au fond, je me doutais bien que cela allait tout changer.
···
Les années à Poudlard me parurent longues, si longues.
Je me sentais seule, si seule.
J’avais l’impression d’être comparable à un fantôme, à un de ces fantômes du château que personne n’appréciait réellement mais qui étaient tout de même là, quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe. J’allais en classe avec mes camarades. Je passais le reste de mon temps à la bibliothèque ou en compagnie de Dimitar, un ancien de Dumstrang qui était arrivé en Angleterre au cours de la deuxième année.
J’étais une gamine marginale, oui, sans doute. C’était l’adjectif qui me convenait le mieux ; bien au-delà du fait que je sois brillante en classe, je n’avais jamais réussi, ne serait-ce qu’une seule fois, à me conformer au moule que l’on m’a imposé durant ma scolarité. Je n’étais pas faite pour les bals, pour les uniformes, pour les clubs, sauf s’il y en avait eu un sur la magie native, sans doute. Je n’étais pas faite pour sortir avec le capitaine de l’équipe de Quidditch, pour être une membre active des associations d’élèves. Cela était le quotidien de Scarlet, pas le mien.
Mais, bien au-delà de cela, je l’avais perdue, elle. J’avais perdu ma sœur jumelle, ma moitié, ma meilleure amie. Elle n’était devenue qu’une inconnue de plus dans mon existence. Je savais au fond qu’elle n’avait pas envie de voir les autres me faire des croche-pieds dans les couloirs du lycée. Je savais au fond qu’elle n’avait pas envie de voir les autres me traiter de freak devant tous les élèves de Poudlard. Je savais au fond qu’elle se sentait mal de m’infliger tout cela. Elle n’avait pas le choix. C’était le prix à payer pour avoir une couronne. C’était le prix à payer pour rester en haut. Pour rester une étoile. Cette étoile qu’elle avait toujours été dans mon cœur.
Je n’étais qu’une personne de plus à écraser. Et je la laissais faire. C’était sans doute ma manière de lui dire que je l’aimais.
Après tout, j’avais eu des lunettes. J’avais été un véritable rat de bibliothèque. Je n’avais eu qu’un seul ami. J’avais été trop maigre. J’avais porté des vêtements trop grands, j’avais vêtu des accessoires décalés approvisionnés par mon adoration des fleurs, des astres et des objets mystiques. Alors, fatalement, j’ai fait partie de cette classe ingrate qu’était celle des élèves qu’on n’aimait pas mais qu’on refusait d’oublier. Cette classe ingrate qu’était celle des élèves à qui l’on infligeait tous les maux sans avoir peur qu’ils parlent parce qu’ils avaient trop peur pour se faire entendre.
Après tout, c’était de ma faute.
Au cours de ces années à Poudlard, j’avais été victime des canulars les plus inventifs que mes camarades de classe avaient bien pu imaginer. Mes vêtements avaient pris feu. Mes cheveux avaient été décolorés. Je m’étais même retrouvée avec un vif d’or à la place du nez.
On m’avait souvent dit que traverser ce genre d’expérience rendait plus fort. Mais, la vérité, c’était qu’elles m’avaient probablement traumatisée pour le restant de mes jours.
···
« Non, je refuse ! » Il poussa un soupir exaspéré tout en levant les yeux au ciel. « J’ai dit non, Eugenia. Non. Je n’irais pas faire le guet pendant que tu vas faire un tour dans la réserv… » Ce fût à mon tour de soupirer et de lever les yeux au ciel. « T’es vraiment pas drôle, Dim. » Une gamine marginale, oui, sans doute. J’avais très vite développé une certaine soif de connaissances que j’avais peiné durant toute ma scolarité à refréner. Je voulais sans cesse en savoir plus que nécessaire. J’avais même trouvé mon sujet de prédilection : la magie native, qui me fascinait bien au-delà des frontières de l’intelligible. Je ne comptais même plus le nombre de fois où j’avais bien pu me glisser dans la réserve. J’avais déjà atterri dans le bureau de Rusard, mais je n’avais jamais réellement franchi la ligne rouge.
Je l’avais sans doute effleuré. Une ou deux fois. Voire même trois ou quatre. Mais, jamais, au grand jamais, j’avais dépassé les bornes de manière mémorable. J’y travaillais, cependant. J'y travaillais en repoussant chaque jour un peu plus les limites du raisonnable. « Je te promets que je ne mettrai pas plus de cinq minutes. Allez, cinq toutes petites minutes. » J’avais un coéquipier qui me suivait dans chacun de mes coups, oui. Un coéquipier que je gardais dans mon cœur. Un coéquipier qui n’était pas ma sœur jumelle mais qui avait fini par doucement la remplacer, au fil des années. Un coéquipier, oui, mais surtout un ami. Le seul que je pouvais bien avoir au lycée simplement parce qu’il était aussi étrange que moi.  
Il venait de Dumstrang, après tout.
Il était le seul que je pouvais bien avoir en dehors de quelques connaissances, et encore, je n’étais pas tout à faire sûre qu’elles m’appréciaient.
Il était le seul, oui. Puisque je n’avais plus ma sœur jumelle.

ste-mangouste, angleterre, 1979
that’s the thing about tragedies, they only befall the pure of heart,
and darling, yours was so righteous,
even the stars mourned when you fell.

La musique me faisait mal aux oreilles. La chaleur était étouffante. Des corps dansaient autour de moi, me bousculaient, ne prenaient pas garde au reste du monde. J’avais envie de faire demi-tour, en cet instant. Repartir aussi vite que j’avais bien pu venir. Mais je ne parvenais pas à me résoudre à laisser Scarlet ici, à la laisser tomber. « Elle n’en aurait pas fait de même pour toi, » souffla Ezra dans mon esprit. Je baissai les yeux sur le loup blanc qui se frayait un chemin à mes côtés, faisant bien attention à ce que personne ne le touche par mégarde. « Arrête. Elle serait sans doute venue nous chercher. Transforme-toi en brume au lieu de jouer au contorsionniste. » Il poussa un profond soupir. Cela faisait cinq mois que nous cohabitions et j’avais beaucoup de mal à le supporter.
Mais, au fond, je savais qu’il n’avait pas tort. Que Scarlet n’aurait sans doute pas fait la même chose pour moi. Je ne cessais de me répéter qu’elle cachait ce qu’elle ressentait, que j’étais bien plus importante pour elle que ce qu’elle ne le sous-entendait, mais à mesure que les années passaient, tout paraissait incertain. Complexe. Beaucoup trop complexe.
Je finis par la retrouver et, avec insistance, je finis par l’amener à l’extérieur pour que nous puissions transplaner. Elle avait bu, sans doute trop, donc je ne lui en voulus pas d’être trop bruyante, d’essayer de me faire rester. Je ne lui en voulus pas, non. Au contraire. Je songeai à ce qui aurait pu lui arriver si je n’étais pas venue et cela me confortait dans l’idée que c’était pour le mieux que je sois venue. Que je me sois déplacée. « Ginny, » finit-elle par dire lorsque nous nous retrouvâmes devant la maison de notre mère et de notre beau-père. Aussi vite, je plaçai mon doigt sur ses lèvres pour l’inciter au silence. « Shhh, on est pas censées être debout si tard. » Je ne voulais pas qu’ils nous surprennent, non. Pas pour moi mais pour elle. Après tout, qu’avais-je fait de mal ? J’étais simplement allée chercher ma sœur à une soirée. C’était Scarlet qui aurait eu des ennuis. Et je ne voulais pas que cela se produise.
Elle ne méritait pas d’avoir des ennuis pour s’amuser.
« Je peux dormir avec toi ? » Je levai les yeux vers elle. Elle avait prononcé cette phrase dans un faux-murmure seulement après que nous nous soyons retrouvées à l’étage, juste devant la porte de chambre de nos parents. Je poussai un petit soupir. « Ok, mais tu dors vite, d’accord ? Je me lève tôt, » répondis-je avant de l’entraîner dans ma chambre. Etrangement, mon cœur battait vite, très vite, trop vite. Je ne m’étais pas attendue à ce qu’elle me demande cela. Je ne m’étais pas attendue à ce qu’elle y porte encore de l’importance. Je ne m’étais pas attendue à ce qu’elle se souvienne aussi bien que moi de tout ce que nous avions bien pu vivre lorsque nous étions plus jeunes. Lorsque nous étions petites. Lorsque nous étions meilleures amies. Je commençai à me préparer pour dormir quand j’entendis sa voix. « C’est pour les cours ? » Je tournai la tête vers elle. Mes yeux glissèrent sur l’artefact native que j’avais réussi à obtenir il y a quelques années. J’avais oublié de le ranger. Je l’avais laissé sur mon bureau à découvert. Mon cœur rata un battement. « C’est un artefact très ancien, repose ça. C’est dangereux. » Mon ton avait été sévère, froid et sec. J’avais espéré pouvoir faire comprendre à Scarlet en quelques mots qu’il valait mieux pour elle qu’elle le repose, tout simplement, sans entrer dans les détails de ce que c’était. Sans faire d’histoires. Sans poser de questions. Elle ne pouvait pas savoir, après tout. Elle ne pouvait pas savoir que c’était dangereux. « Dangereux ? C’est une pipe, » déclara-t-elle. Elle riait. Elle riait. Je me précipitai vers elle lorsque je compris qu’elle ne le lâcherait pas aussi facilement. Je posai ma main sur la sienne pour l’inciter à me rendre l’objet. Elle riait. Elle riait. Elle riait. Elle ne comprenait pas. Elle avait cette insouciance exaspérante. « Scar, je suis sérieuse. Rends-le moi. » Elle continuait de rire. Et, à mesure que son hilarité augmentait, je sentais la pression monter dans ma poitrine. J’imaginais déjà le pire, oui. Parce que cette simple pipe, comme elle pouvait le dire, était sans doute plus puissant que la magie de tous les sorciers scolarisés à Poudlard réunis. « Pourquoi ? Ça m’intéresse moi aussi. Tu me le prêtes ? » Je tentai de lui reprendre, oui. Mais, étrangement, pour une personne ayant bu, elle avait encore énormément de force dans les bras. Je tirai, tirai, tirai encore. Je sentais les larmes me monter aux yeux à mesure que je prenais conscience du drame qui pouvait se produire à tout moment. « Non. Scar. Scarlet, »  Mon ton n’était plus sévère. Mon ton n’était plus froid. Il était terrorisé. « Scarlet arrête. SCARLET. » Et, après quelques secondes à tirer l’une et l’autre sur l’objet, il nous échappa des mains. Et, lorsque je le vis voler vers le mur, lorsque je compris qu’il allait entrer en collision avec le crépit, je n’eus qu’une seule pensée qui résonna dans mon esprit. Nous allons mourir.
Nous allions mourir.
De toutes mes forces, dans une vaine tentative d’éloigner ma sœur, je la poussai de l’autre côté de la pièce. J’y mis toute ma crainte, toute ma terreur, toute la colère que j’avais accumulées ces dernières années. J’y mis tout ce que j’avais.
Mais je n’eus pas le temps de fuir à mon tour.
Je sentis l’onde de choc. Cette onde de choc qui me percuta dans le dos et qui descendit le long de ma colonne vertébrale. Je sentis l’onde de choc et j’entendis un hurlement s’échapper de mes lèvres.
Nous n’allions pas mourir, non.
J’allais mourir.
···
Brouillard. Réalité, songe, délire. Brouillard. Je perdais fil. Je me souvenais de paroles de chansons. Je me  rappelais des mélodies. Mais une en particulier. On n’a jamais fait un cercueil à deux places. C’était notre beau-père qui l’écoutait. J’entendais encore le son grésillant de sa radio moldue entraver le son et la musique. On n’a jamais fait un cercueil à deux places. Nous étions nées à deux. J’avais toujours eu l’intime conviction, malgré les années qui venaient de se passer, que nous continuerions ensemble. On n’a jamais fait un cercueil à deux places. Nous étions nées à deux. Mais je me sentais si seule. J’avais si mal. Mais je ne sentais plus rien en même temps. Je me demandais comment elle allait. Si elle était encore vivante. Dans mon esprit, je n’entendais que son cri. Son hurlement strident. Dans mon esprit, je ne l’entendais que souffrir.
Nous étions nées à deux. Mais nous allions mourir seules.
···
« Alors… Tu dois prendre la potion violette matin et soir, à douze heures d’intervalle. C’est la potion qui contient le maléfice dans ta colonne et qui l’empêche de se diffuser. Ensuite tu dois prendre la potion verte toutes les six heures, elle masque la douleur que tu ressens. Ensuite il y a la potion rouge, qu’il faut prendre avant chaque repas, pour… » Mais je n’écoutais plus ma mère. J’observai les six fioles qu’elle avait posées devant moi. Si j’avais bien compris, j’avais quatre potions différentes à prendre plusieurs fois dans une même journée, deux de secours si jamais je venais à en oublier une. Tout cela venait se coupler à deux visites à Ste-Mangouste par semaine¬—minimum—si je venais à sortir un jour de cette chambre d’hôpital. « Vous comprenez, c’est de la magie très puissante, très ancienne… Vous avez beaucoup de chance de vous en être sortie, mademoiselle. » Beaucoup de chance. On me l’avait répété plusieurs fois. J’avais encore du mal à me dire que cela pouvait être une chance de vivre dans ces conditions. Tout aurait été plus simple si j’étais morte sur le coup. Je n’aurais pas connu la douleur que j’endurais tous les jours. Je n’aurais pas connu le fauteuil roulant. Je n’aurais pas connu ces six fioles. « … si jamais tu oublies la potion violette, mais il faut aller à Ste Mangouste dans les deux heures qui suivent. Et voilà. C’est pas si compliqué. Je t’ai tout noté sur ce parchemin. » Mes yeux fixaient toujours les six fioles. Six. De six couleurs différentes. Ils avaient fait exprès, afin que j’évite de les confondre. « Ca va ma chérie ? » Je revins sur Terre. Je levai les yeux vers elle avait d’hocher la tête. « Tu peux aller me chercher un Chocogrenouille s’il te plait ? » demandai-je. Et, comme depuis deux mois maintenant, elle accepta sans l’ombre d’une hésitation. Parce que, désormais, c’était comme ça. Elle ressentait tellement de pitié pour sa fille qu’elle réalisait ses moindres désirs. En l’espace de deux minutes, elle s’en alla, me laissant seule en compagnie de Scarlet. Elle était aussi silencieuse que moi. Je me demandais où son esprit l’emmenait. Sans doute pas au pays des six fioles différentes. « Ca te dit on se partage mes potions ? Ca fait deux obligatoires et une de secours chacune. On est jumelles, ça devrait le faire. » Je lui adressais un petit sourire en coin. Je n’allais pas bien, non. Il ne se passait pas une seule journée sans que je ne me demande ce que je faisais encore là. Il ne se passait pas une seule journée sans que je ne songe que j’aurais mieux fait de mourir ce jour-là. Mais je n’avais pas le droit d’infliger mes pensées à Scarlet. Pas quand j’étais capable de sentir sa culpabilité par sa simple présence dans ma chambre d’hôpital.
Elle s’en voulait. Elle s’en voulait jusqu’à se détester. Elle s’en voulait jusqu’à ne plus en dormir la nuit. Elle s’en voulait, oui.
Mais ce n’était pas de sa faute. « C’est pour ton bien, Ginny, » me répondit-elle. J’haussai les épaules. « Je ne suis pas convaincue. Je suis sûre qu’ils veulent juste que j’ai constamment envie de faire pipi. » Elle ne rit pas à ma blague.
J’entendais encore son rire, lorsque je lui avais dit que l’artefact qui avait causé notre accident était dangereux.
C’était sans doute la dernière fois qu’elle avait ri.
Je sortis de l’hôpital deux mois plus tard. Scarlet continua de s’en vouloir. Je continuai de lui répéter, matin, midi et soir que ce n’était pas de sa faute.
Et je pris mes quatre potions différentes plusieurs fois dans chaque journée en respectant les intervalles demandés. Je n’avais pas le choix, après tout. C’était pour mon bien.

londres, angleterre, 1979-1983
whenever you feel the weight of the darkness in this world, do not be afraid.
the shadows can never truly overtake you.
they need you to survive.

Per hoc minui studium suum existimans Paulus, ut erat in conplicandis negotiis artifex dirus, unde ei Catenae inditum est cognomentum, vicarium ipsum eos quibus praeerat adhuc defensantem ad sortem periculorum communium traxit. et instabat ut eum quoque cum tribunis et aliis pluribus ad comitatum imperatoris vinctum perduceret: quo percitus ille exitio urgente abrupto ferro eundem adoritur Paulum. et quia languente dextera, letaliter ferire non potuit, iam districtum mucronem in proprium latus inpegit. hocque deformi genere mortis excessit e vita iustissimus rector ausus miserabiles casus levare multorum.

poudlard, écosse, 1983-1984
she is the lightning of the storm,
her power makes the earth below cower in fear.
go ahead and run.

Per hoc minui studium suum existimans Paulus, ut erat in conplicandis negotiis artifex dirus, unde ei Catenae inditum est cognomentum, vicarium ipsum eos quibus praeerat adhuc defensantem ad sortem periculorum communium traxit. et instabat ut eum quoque cum tribunis et aliis pluribus ad comitatum imperatoris vinctum perduceret: quo percitus ille exitio urgente abrupto ferro eundem adoritur Paulum. et quia languente dextera, letaliter ferire non potuit, iam districtum mucronem in proprium latus inpegit. hocque deformi genere mortis excessit e vita iustissimus rector ausus miserabiles casus levare multorum.


Dernière édition par Eugenia B. Lancaster le Ven 13 Avr 2018 - 12:39, édité 6 fois
mischief managed
avatar
mischief managed

Répartition : 05/04/2018
Hiboux Envoyés : 4
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Eugenia B. Lancaster, Jeu 5 Avr 2018 - 18:59 (#)
deux
Élève de serpentard
avatar
Élève de serpentard

Répartition : 31/01/2018
Hiboux Envoyés : 36
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Scarlet E. Lancaster, Jeu 5 Avr 2018 - 18:59 (#)
meuf. est-ce que tu te rends compte. ça y est quoi.
ON A LES LANCASTER AGAIN SCREAMING Han! Queen Sou Twisted DYDYDYSFIYIDl GAGA Chou taggletesamoi Daengelo Youpi Queen Amy taré Seb Harlemshake héhotémort? Yeaaay Queen Laura SO HAPPY  SCREAMING Han! Queen Sou Twisted DYDYDYSFIYIDl GAGA Chou taggletesamoi Daengelo Youpi Queen Amy taré Seb Harlemshake héhotémort? Yeaaay Queen Laura SO HAPPY  SCREAMING Han! Queen Sou Twisted DYDYDYSFIYIDl GAGA Chou taggletesamoi Daengelo Youpi Queen Amy taré Seb Harlemshake héhotémort? Yeaaay Queen Laura SO HAPPY  SCREAMING Han! Queen Sou Twisted DYDYDYSFIYIDl GAGA Chou taggletesamoi Daengelo Youpi Queen Amy taré Seb Harlemshake héhotémort? Yeaaay Queen Laura SO HAPPY
i swear j'attends ce jour depuis le moment où j'ai arrêté de jouer scar RIP et let's face it, leur vie a beaucoup plus de drama maintenant qu'elles sont sorcières HOHOHOHOHOHOHOHOHHO
BREF I'M SO HAPPY I COULD CRY :( :( :( je vais avoir besoin de beaucoup de feels ok gérardrpz donc de rps gérardrpz voilà voilà gérardrpz
REBIENVENUE TROP HATE DE LIRE TA FICHE GINNY M'A TROP MANQUE FJKDLSFJSLKFS #teamashy4ever #teamashy4ever #teamashy4ever #teamashy4ever #teamashy4ever #teamashy4ever #teamashy4ever



hide her under the curve of your lip
and whoever else you pressed them up against and tell them it felt more like drowning and less like a kiss. tell them you tried to spit her down the throat of every single person you’ve kissed. tell them you think you dropped her somewhere in a drunken kiss, somewhere whispering into the ears of boys whose names you already forgot.


Dernière édition par Scarlet E. Lancaster le Jeu 5 Avr 2018 - 19:12, édité 1 fois
Auror à Poudlard
avatar
Auror à Poudlard

Répartition : 16/05/2017
Hiboux Envoyés : 302
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Eachan Reid, Jeu 5 Avr 2018 - 19:05 (#)
ehjdjd

edit - HELLO TOI SJISJIOAJSAIOAJIS
SCREAMING SCREAMING SCREAMING SCREAMING SCREAMING
my heart is melting dead she's here dead dead Daengelo I'M SO EXCITED
déjà parce que Ginny et qu'elle est perf et qu'elle m'avait manquée Brille Potté Chou Twisted uh ! ensuite pck cette fois personne va la jeter dans l'océan wuuuuut puis aussi PARCE QUE TU ES MA FILLE DANS CET UNIVERS kopkdeopzeod (and eachan's really not ready for dis, girls) HOHOHOHOHOHOHOHOHHO HOHOHOHOHOHOHOHOHHO ET LE MEILLEUR PR LA FIN, PCK FEELS ET BÉBÉS MÉTISSES TROP BEAUX OK MOHOHO dead Chou AlexetIsy Hot Twisted
g trop hâte de lire ta fiche. et de rp. et de vous voir rp avec laura. et de jieodiezjiej

voilà allez slt, écris maintenant.


see, in a perfect world, i would be perfect, world ✩ i don't trust people enough beyond they surface, world. i don't love people enough to put my faith in men, i put my faith in these lyrics, hoping i make amend, i understand i ain't perfect, i probably won't come around, this time i might put you down, last time i ain't give a fuck, i still feel the same now, my feelings might go numb, you're dealing with cold thumb, i'm willing to give up a leg and arm and show empathy from pity parties and functions and you and yours. a perfect world, you probably live another twenty-four. i can't fake humble just cause your ass is insecure. i can't fake humble just cause your ass is insecure.


Dernière édition par Eachan Reid le Ven 6 Avr 2018 - 9:08, édité 1 fois
En ligne
habitant de londres
avatar
habitant de londres

Répartition : 21/03/2016
Hiboux Envoyés : 6896
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Kai D. Blumenthal, Jeu 5 Avr 2018 - 21:04 (#)
SCREAMING SCREAMING
re bienvenue #teamashy4ever



you said that your heart
was no longer soft
but even flowers can grow out from the cracks of stones. forget all the shooting stars and all the silver moons, we've been making shades of purple out of red and blue.
En ligne
élève de gryffondor
avatar
élève de gryffondor

Répartition : 12/03/2018
Hiboux Envoyés : 408
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Alexis J. Dearborn, Jeu 5 Avr 2018 - 21:09 (#)
SCREAMING SCREAMING SCREAMING SCREAMING Han! cute GAGA

Re-bienvenue ! mjgihuhmfme

Daengelo


Habitante de londres
avatar
Habitante de londres

Répartition : 19/01/2014
Hiboux Envoyés : 1343
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Nam So Hyun, Jeu 5 Avr 2018 - 22:40 (#)
personne ne prévient c'est beau tout ça
barthy restera moldu sadly

je suis ravis de voir phoebe coupée en deux sur les avatars, ça m'avait manqué Nih
j'espère que dans son amour des civilisations natives américaines, elle prendra partie pour levi dans les disputes qu'il aura avec eachan (sachant que c'est eachan qui a toujours tord #règlenumerouno) Chou Chou

rebienvenue gillie chou, j'ai hâte de dévorer cette fiche love love



she’s choking on words she doesn’t know
flowers blooming on her tongue but roots in her throat. she was born praying to gods and bowing her head to kings. you must protect herthey whispered. in the tower she went and stayed, unjust imprisonment. in her stone prison, she blooms slow, anger sharpening bones and sparking blood. they forget that towers do not belong to princesses only, she whispers blasphemy, traces her finger over the sigils and runes carved into the secret stones and she murmurs until kingdom comes, until kingdom comes
élève de serdaigle
avatar
élève de serdaigle

Répartition : 25/03/2017
Hiboux Envoyés : 1464
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par K. Jaine Zabini, Ven 6 Avr 2018 - 8:49 (#)
j'envie vos jumelles, elles sont tellement shfjdueh dead
rebienvenue et bonne chance pour ta fiche Chou



✻ ✻ ✻
i've been running through the jungle, i've been running with the wolves to get to you. i've been down the darkest alleys, saw the dark side of the moon to get to you. i've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger, all for you, yea all for you. i've been running through the jungle. i've been crying with the wolves to get to you.

préfet-en-chef de Poufsouffle
avatar
préfet-en-chef de Poufsouffle

Répartition : 19/09/2013
Hiboux Envoyés : 5567
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Alexandre E. Queen, Ven 6 Avr 2018 - 9:16 (#)
re bienvenue chez toi Brille


élève de serdaigle
avatar
élève de serdaigle

Répartition : 05/08/2015
Hiboux Envoyés : 857
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Angharad L. Lannister, Ven 6 Avr 2018 - 9:23 (#)
T'es belle jaredditoui 
Rebienvenue chez toi Chou hâte de voir les jumelles en action hihi


Take this as a warning
Snarling or smiling she is always showing her teeth. She is no longuer afraid to be herself. She is ready and run to a futur only she know and god's help anyone who try to stop her.
élève de gryffondor
avatar
élève de gryffondor

Répartition : 13/02/2016
Hiboux Envoyés : 336
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par A. Narcisse Hepburn, Ven 6 Avr 2018 - 10:36 (#)
j'aime trop le prénom dead je sens le drama arriver, et omg la fille d'Eachan dead
amusez vous bien hihi et rebienvenue chez toooooi Hug


   monstrous beauty
the pernicious power
habitante de pré-au-lard
avatar
habitante de pré-au-lard

Répartition : 06/10/2013
Hiboux Envoyés : 13196
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Lethe McKee, Lun 9 Avr 2018 - 19:16 (#)
rebienvenue à la maison


weirdo ★ your lonely shell, it walked alone, and you're terrified of your shadow.
Directrice de poufsouffle
avatar
Directrice de poufsouffle

Répartition : 01/12/2016
Hiboux Envoyés : 333
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Rosemary H. Lestrange, Sam 14 Avr 2018 - 15:38 (#)
Etant donné que tu as posté ta fiche il y a plus d'une semaine, il ne te reste plus que jusqu'au jeudi 19 avril pour la terminer Potté N'hésite pas à demander un délai si tu en as besoin Daengelo

chop chop roll



I FELL IN LOVE WITH A LIGHTNING STORM
I FELL IN LOVE WITH A FALLING STAR. I FELL IN LOVE WITH YOU. AND IT HURTS EVEN MORE. // sometimes it’s like breathing is a language my scarred lungs never learned to speak. and it’s not poetic, the ache of oxygen so often being lost in translation. but in the silence of my ragged breaths the distance from your inhales to exhales feels how poetry should feel. you are the softest loud i’ve known.
Contenu sponsorisé
Message Re: it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny
par Contenu sponsorisé, (#)
 

it takes courage to stay delicate in a world this cruel. ··· ginny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Voie 9 ¾ :: La Cérémonie de Répartition :: Retour à Londres