BELLUM PATRONUM


Version 33

Nouvelle année, nouvelle version installée ainsi que sa flopée de nouveautés !
Vous pouvez la commenter ici.
Groupes fermés

Les sang-purs étrangers sont fermés. Redirigez-vous vers les familles de la saga ou des membres.
équilibre des groupes

Nous manquons d'étudiants, de membres des partis politiques Phénix et Gardiens.
Nous manquons également de Mangemorts.

She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
admin - shame to die with one bullet left
avatar
Répartition : 18/06/2017
Hiboux Envoyés : 517
Message She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par E. Greer Cavendish, Ven 1 Juin - 21:21 (#)
« S’il-vous plait, silence ! Silence ! » hurla le juge dans le brouhaha ambiant.

Greer s’arrêta de parler et attendit que l’avocat du parti adverse en face de même.

« J’ai dis de ne pas parler en même temps. Le prochai n qui fait ça aura une amende. »
« Mais qu’il est chiant celui-là. Allez, roule des hanches et il te fera parler en premier. » se moque la panthère qui n’était pas dans la pièce du tribunal avec l’avocate.
« Miss Cavendish, vous pouvez prendre la parole. »

Greer se racla la gorge avant d’adresser un sourire au juge.

« Je vous remercie votre Honneur. Je voudrais que nous ajournions la session d’aujourd’hui. De nouvelles preuves nous sont arrivées et nous aimerions avoir le temps de préparer notre défense. »
« Quelles preuves ? Nous n’en avons pas été informées. »
« Nous vous les ferons aussi parvenir comme il se doit, maître Wyatt. » répliqua-t-elle, adressant un sourire poli à l’autre avocat.

Puis, elle se tourna vers le juge, attendant sa réponse. Celui-ci l’observa longuement avant de finalement décréter :

« Très bien. La session est ajournée. Elle reprendre demain à 10 heures avec vos preuves. »

Le coup est tapé et tout le monde se lève. La brune se tourne alors vers son client et lui parle quelques instants pour lui raconter la suite des évènements. Une main vient se poser sur son épaule et Greer se tourne. Un sourire apparait sur ses lèvres alors qu’elle observe Byron Hastings.

« Il t’aime bien ce juge. » lui dit-il, riant.
« J’ai remarqué aussi. » lui répond-t-elle en souriant avant de glisser un baiser sur sa joue. « Monsieur, je vous revoie demain comme prévu. » dit-elle à son client avant de lui serrer la main.

Attrapant son sac, la jeune femme suivit son associé hors de la salle de tribunal.

« Que fais-tu ici ? Tu n’étais pas censé être au cabinet aujourd’hui ? » lui demanda-t-elle en fronçant les sourcils.
« Si, mais l’odeur de la salle d’audience m’a manqué et je ne me lasse jamais de te voir gagner une affaire. »

Elle éclate de rire.

« Elle est loin d’être gagnée celle-là. Wyatt est un bon avocat. » lui répondit-elle, reconnaissant parfaitement le talent de son concurrent.
« Mouais, il est surtout bon pour faire son cinéma. »

Elle rit encore. Évidemment, pendant tout le procès Wyatt qui était handicapé et devait se balader avec une canne avait fait exprès de jouer de son handicape pour gagner la faveur du jury. C’était sa façon à lui d’essayer de marquer des points tout comme elle d’être offensive et impressionnante. Mais elle devait reconnaître que si pour elle-même sa sature passait ou cassait selon les jurés et le juge, la technique de Wyatt marchait : plusieurs fois elle avait remarqué que le juré était plus réceptif quand il prenait la parole.

« Je devrais peut-être montrer que je suis handicapée aussi et forcer le trait sur ma jambe. Ou montrer mes cicatrices. » lacha-t-elle, essayant de faire une blague.

Byron la regarda étrangement.

« C’était une blague, Byron. »

Il lève les yeux au ciel et met la main pour retenir la porte de l’ascenseur et la laisser passer.

« Mon dieu, entre Anselm et toi, c’est compliqué parfois de savoir si vous plaisantez ou pas. »
« Je t’offrirais un dictionnaire sur nos blagues et un guide de comment les comprendre pour ton anniversaire, promis. »

Ils se mirent à rire et Greer rentra dans l’ascenseur. Son regard se posa alors sur une asiatique qu’elle reconnut aussitôt. Se tournant vers Byron, elle lui dit :

« J’ai quelque chose à aller régler. Est-ce que ça te dérange si je te rejoins au restaurant d’ici quelques minutes ? »
« Non, vas-y. Fait ce que tu as à faire. Je patienterais avec une bouteille en t’attendant. Mais dépêche-toi sinon je vais la siffler avant que tu ne sois là. »

Elle leva les yeux au ciel avant de sortir de l’ascenseur et de s’exclamer :

« Tant pis pour moi alors. »

Et les portes de l’ascenseur se refermèrent sur les yeux de chien battu de Byron Hastings, 53 ans.

Greer Cavendish se mit aussitôt à la recherche de la fille qu’elle avait entrevue. Son œil aux aguets fini par la capter et c’est d’un pas rapide, tirant un peu trop sur sa jambe qui boitait que l’écossaise essaya de la rattraper.

Nam So Hyun ne savait absolument pas qui elle était mais Greer, elle, avait déjà remarqué sa présence au Ministère depuis quelques temps déjà.

Il fallait dire que les asiatiques n’étaient pas extrêmement courants malgré la diversité ethnique du Ministère de la Magie. Mais ça n’était pas en sa qualité de chinoise que Greer était intéressée par Nam So Hyun mais plus par son métier en lui-même. La chasseuse d’animaux magique avait malgré tout déjà une certaine réputation ici et Greer ne voulait pas passer à côté de l’opportunité qui s’offrait à elle. Elle avait besoin d’elle parce qu’elle désirait retrouver et interroger un loup-garou qui lui avait particulièrement cassé les pieds quand elle était fugitive. Celui-là même qui avait poursuivi Shadow dans la forêt pendant qu’elle essayait de sortir de sa maison. Le même aussi qui avait composé l’équipe d’Alekseev quand celui-là même l’avait torturée. Il avait cependant disparu de la surface de la terre depuis les procès et même s’il n’était pas une réelle menace, la jeune femme préférait prévenir que guérir en ces temps où elle recevait des menaces et se faisait poignarder sur la place publique. Puis si elle pouvait obtenir des informations… pourquoi pas demander l’aide de So Hyun ?

« Excusez-moi. Nǐ hǎo. »

Elle n’avait probablement pas le bon accent pour prononcer un simple bonjour en chinois mais elle osait espérer que la jeune femme qu’elle avait réussi à rattraper et dont elle cherchait à attirer l’attention comprendrait son intention respectueuse de l’aborder. Adressant un sourire poli et retenu à la jeune femme, Greer continua :

« Je suis désolée de vous déranger. Vous êtes bien Nam So Hyun ? » Question inutile, Greer savait parfaitement qui elle était. « Je m’appelle Greer Cavendish, je suis avocate. »

La brune lui tendit la main attendant que celle-ci ne la serre.

« Puis-je vous déranger quelques instants ? J’aurais une demande à vous soumettre. »





Screaming in the dark, I howl when we're apart. drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My blood is singing with your voice. I hunt for you with bloody feet across the hallow'd ground— Florence and the Machine, Howl.
admin - the universe is full of intentions
avatar
Répartition : 19/01/2014
Hiboux Envoyés : 1391
Message Re: She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par Nam So Hyun, Jeu 28 Juin - 0:23 (#)
Ses paupières restèrent fermées, et elle se concentra sur le battement régulier des pas qui parcouraient le couloir. Assise sur son bureau, les jambes repliées, So Hyun avait laissé valsé les divers dossiers qui demandaient pourtant son attention, préférant se focaliser sur sa concentration et sur le lien qui la reliait avec Habaek. Ce dernier, sous forme de tigre, avait pris place près de la porte d’entrée, bien décidé de la bloquer si jamais un de ses collègues venaient à entrer. Ces étrangers n’ont aucune conscience du respect résonna dans son esprit, et un coin des lèvres de la jeune femme s’étira. Ici, c’est moi l’étrangère. Le constat était amusé, et la sorcière comme le patronus s’esclaffèrent. Cela ne changeait rien pour elle. Elle avait déjà vécue comme une étrangère toute sa vie au sein de la demeure des Shang. Elle avait voulu restée étrangère, parce qu’elle n’avait en aucun cas abandonné sa culture coréenne, et alors que sa langue maternelle tardait encore à couler sur sa langue - qui lui avait préféré le chinois, traitresse absolue - So Hyun continuait de considérer la Chine comme un pays qui n’était pas le sien. Dès lors, vivre en Angleterre n’était pas très différent. Les anglais comme les chinois arrachaient les consonances de son prénom, qu’elle n’avait aucune envie de modifier pour leur faciliter la tâche. Mais au moins ici, elle était libre. Elle n’avait plus le poids mort d’une héritière qui respirait trop fort sur les épaules, et chaque instant éloigné de Yazhu était une libération. Elle avait l’impression de retrouver ses années d’étude, lorsqu’elle avait quitté la Chine pour sa Corée natale, et qu’elle avait rejoint les rangs de l’académie qui avait formé sa mère. Elle avait respiré proprement pour la première fois en sept ans, à l’époque, et chaque vacances étaient devenues synonymes de mort. C’était pendant ses jours d’école qu’elle reprenait vie. Elle avait alors prié jour et nuit qu’un gardien vienne la protéger, issu de plusieurs mythologies qu’elle avait refait à sa sauce. Elle avait imaginé un dragon avant qu’elle n’apprenne à les tuer de manière précise et rapide. Son protecteur était devenu un goblin, un de ces êtres malicieux, très éloigné des gobelins retrouvés en Angleterre. Ce dokkaebi, qu’elle espérait venir d’un bouclier, devait la bénir, lui accorder une vie longue qu’elle ne pouvait entrevoir lorsqu’elle fermait les yeux. Elle avait prié, les mains liées, la tête baissée. Mais rien ne s’était passé, et elle avait du apprendre de nouveau, à chacun de ses retours en Chine, à plié l’échine devant celle qui ne ferait jamais rien pour elle, mais pour qui So Hyun devra tout donner. Alors elle avait cessé ses prières, avait revêtu une cape longue, et mis un chapeau noir sur ses mèches sombres. Elle était devenue jeoseung saja et avait appris à prononcer trois fois le nom de la bête qu’elle traquait avant de l’abattre. C’était la vie qu’elle menait, et qu’elle avait du abandonner lors de son arrivée en Angleterre, pour devenir cette femme qui passait la moitié de son temps dans un bureau, et elle étouffait. Elle n’avait jamais aimé les espaces confinés, mais c’était ce que son père avait attendu d’elle, alors elle n’avait rien dit, juste hoché la tête pour signifier qu’elle ferait son devoir. Elle s’en mordait maintenant les doigts, parce qu’elle ne pouvait rester concentrer dans ce monde ministériel dans lequel elle n’avait aucune montée d’adrénaline, qui pulsait dans ses veines à chaque chasse, lorsqu’elle glissait sur le sol en symbiose avec son patronus. Sa main vint se poser sur sa baguette, et elle caressa le bois, une mélancolie parcourant ses os, s’enfonçant dans sa colonne vertébrale. J’ai besoin de bouger siffla dans son crâne la voix de son patronus, et elle ouvrit enfin les yeux. Son corps se mit en mouvement, dans un geste délié, et ses articulations roulèrent docilement, habituées à se mouvoir. So Hyun attrapa son pull, qu’elle enfila malgré la chaleur ambiante. Elle ne pouvait pas montrer son corps, car il était une carte de ses exploits, car il indiquait ce qu’elle avait vécu, ce qu’elle vivait encore. Chaque cicatrice était une histoire, et la coréenne conservait trop intimement ces contes pour les partager avec autrui. La douleur était la sienne, aucunement pour le regard de ces personnes qu’elle n’avait pas envie d’enseigner. Le duo s’engagea dans le couloir qui s’ouvrait sur le département des Créatures Magiques, et personne ne s’étonna de voir l’asiatique suivit d’un tigre longer les murs. Ils s’habituaient déjà aux manies de cette femme au sourire aimable, respectueuse, qui ne semblait pas capable de rester assise plus d’une demi-heure, et qui pourtant, était plus polie que le reste. Elle semblait si bien éduquée, So Hyun, qu’elle pourrait prendre la place de l’héritière.
« Excusez-moi. Nǐ hǎo. » Son attention fut happée par une jeune femme dont l’accent était passable, mais qui s’était trompée de langue. Pourtant, So Hyun ne lui en voulait pas. La jeune femme devait avoir entendu qu’elle venait de Chine comme la plupart des travailleurs au Ministère. Qu’importait le fait que son nom soit complètement coréen. Les occidentaux ne semblaient pas forcément au courant qu’il existait plusieurs pays différents en Asie et se contentaient souvent de tout mettre sous l’hégémonie de la Chine ou encore du Japon.
Comme à son habitude, elle inclina respectueusement la tête en signe de respect pour son interlocutrice. « Je suis désolée de vous déranger. Vous êtes bien Nam So Hyun ? » La réponse fut un sourire affirmatif, en attendant que la femme termine. « Je m’appelle Greer Cavendish, je suis avocate. » En voyant la coutume occidentale de la main tendue, So Hyun ne s’étonna pas, et tendit la main pour serrer légèrement celle de l’avocate. « Puis-je vous déranger quelques instants ? J’aurais une demande à vous soumettre. » So Hyun sourit, et commença à lui répondre, oubliant même sa gène de l’anglais, qui bien qu’il soit parfait comprenait encore un accent parfois trop lourd. Après tout, Cavendish avait osé parler une autre langue qu’elle pensait être la sienne, alors il était respectueux de faire un effort à son tour. « Oui bien sûr. Voulez-vous venir dans mon bureau pour en discuter ou un autre endroit qui vous conviendrait mieux?  Ses mains étaient poliment croisées dans son dos, et sa stature droite, malgré les nombreux centimètres qui la séparaient de l’avocate, qu’elle devait observer en levant la tête. Aurait-elle était plus vaine, So Hyun aurait chaussé des talons pour oublier la différence de taille qu’elle avait avec de trop nombreux anglais, comme cet homme qu’elle avait croisé au Prés-au-Lard.



she’s choking on words she doesn’t know
flowers blooming on her tongue but roots in her throat. she was born praying to gods and bowing her head to kings. you must protect herthey whispered. in the tower she went and stayed, unjust imprisonment. in her stone prison, she blooms slow, anger sharpening bones and sparking blood. they forget that towers do not belong to princesses only, she whispers blasphemy, traces her finger over the sigils and runes carved into the secret stones and she murmurs until kingdom comes, until kingdom comes
admin - shame to die with one bullet left
avatar
Répartition : 18/06/2017
Hiboux Envoyés : 517
Message Re: She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par E. Greer Cavendish, Lun 6 Aoû - 19:09 (#)
Le regard de Greer Cavendish scruta le visage de So Hyun. Elle était mignonne, So Hyun. Son visage exprimait une de ces maturités qui ne viennent qu’à cause des malheurs ou des traitements durs. Qu’était-il arrivée à cette jeune femme qui était loin, si loin de son pays ? Greer Cavendish n’en savait rien mais à peine eut-elle finit d’imprimer ce visage fin et charmant dans son esprit qu’elle décida qu’elle l’aimait bien. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs ? Une étrangère, loin de son pays et de tout ce qu’elle connaissait, qui semblait plutôt indépendante et d’après la petite réputation qu’elle s’était bâtie, Nam So Hyun était tout à fait le genre de personnes avec qui Greer Cavendish s’entendait bien. Et puis, la jeune femme semblait être encore particulièrement étangère ici à en juger par sa manière d’agir, ce qu’elle dégageait.

« Oui bien sûr. Voulez-vous venir dans mon bureau pour en discuter ou un autre endroit qui vous conviendrait mieux ? »

L’accent était prononcé mais l’anglais correct. La stature droite, digne, le regard clair et posé. Un sourire se dessina sur les lèvres de l’écossaise qui finit par répondre :

« Je pense qu’on peut sortir d’ici ? »

Elle regarda autour d’elle. Les gens passaient et repassaient. Tous étaient occupés, certains stressés, d’autres complètement perdus. Greer reconnut certaines personnes, certaines connaissances, certaines personnes qu’elle reconnaissait davantage mais décidée à ne pas perdre de temps et ne pas abuser plus longtemps du temps de la coréenne, Greer se déplaça pour laisser passer la jeune femme en direction de l’ascenseur.

« Je connais un endroit plus sympa qu’ici. On aura moins la sensation d’étouffer. » continua-t-elle.

Greer se dirigea elle aussi vers l’ascenseur et attendit que celui-ci ne remonte pour arriver dans le hall. Pendant l’attente, la brune observa les gens qui montaient et qui descendaient et parfois So Hyun, essayant malgré tout de ne pas avoir l’air trop intimidante en la fixant de la sorte. Une série de questions, probablement plus tournés vers la jeune femme et son passé, ce qu’elle faisait réellement ici, vinrent à l’esprit de l’avocate qui se promit de satisfaire sa curiosité. Considérant que ça n’était pas le moment dans l’ascenseur avec des personnes indiscrètes qui pourraient faire n’importe quoi, les deux femmes finirent par sortir du Ministère de la magie pour se fondre dans la masse grouillante de Londres.

« J’espère que je n’abuse pas de votre temps. » dit Greer, polie, chaleureuse aussi.

Encore quelques mètres et la brune poussa la porte d’un bar où elle allait de temps en temps et qui se situait en face du restaurant où elle était censée manger avec Byron. Elle se dit pendant quelques secondes qu’elle devrait sûrement le prévenir de manger sans elle. Elle ne savait pas combien de temps elle en aurait avec la coréene qui l’accompagnait.

« Il est charmant son tigre. » commenta Shadow qui n’avait pas lâché le tigre en question.

Greer y jeta d’ailleurs un coup d’œil et l’espace d’un instant eut un sourire amusé en voyant à quel point Shadow semblait proche de celui-ci. Elle savait parfaitement ce qui passait par la tête de la panthère noire qui ne recherchait que la compagnie d’un autre félin à défaut d’avoir celui qu’elle aimait.

« Soit sage s’il te plait. » lui demanda Greer.

Une fois, assises, Greer commanda quelques choses sans alcool, décidée à ne pas boire alors qu’elle était en train de travailler.

« Bien, j’ai cru comprendre que vous étiez membre de la commission des créatures dangereuses. » Inutile probablement de l’évoquer, après tout c’était dans ce service même que Greer cherchait depuis un miment quelqu’un à qui parler de ce loup-garou bien trop silencieux. « J’ai… » Par où commencer ? Greer décida d’aller à l’essentiel, pensant que la jeune femme devait bien n’avoir rien à faire des troubles qui ont et continuaient de secouer le pays. « Il y a quelques temps, j’ai été poursuivie par des raffleurs et parmi eux il y avait un loup-garou assez connu. J’aimerais le retrouver. »

« Moi aussi j’aimerais le retrouver… » commenta Shadow, mielleuse et presque ronronnante qui s’allongea aux pieds de Greer.

Les consommations arrivèrent.

« Il s’appelle Fenrir. J’ai un dossier si vous le souhaitez avec des informations qui pourraient vous être utiles. Il n’a plus donné signe de vie depuis les procès de février et … » Elle marque une pause et sourit malgré l’horreur probablement de ce qu’elle allait annoncer. « Je pense qu’il a des informations sur la tentative d’assassinat que j’ai subi au cours de la dernière conférence de presse. Je pense qu’il y ait mêlé d’une manière ou d’une autre et de ce que j’ai pu constater de mes propres yeux, il est loin d’être innocent dans quoique ce soit… »

Après tout, il avait poursuivi Shadow dans la forêt en Ecosse pendant qu’elle, elle essayait de survivre et de sauver sa mère et elle-même. Après tout, il avait été là aussi quand Alekseev l’avait capturée et torturée. Après tout, il avait dû commettre des actes inhumains et son visage était aussi recherché ici car il ne s’était pas présenté aux procès où il avait bel et bien été nommé. Sa tête était mise à prix et Nam So Hyun dont c’était le travail, serait probablement beaucoup plus compétente que d’autres. Tout du moins, Greer était prête à lui donner sa chance et c’est donc calmement et patiemment qu’elle se attendit une réaction de la jeune femme en face d’elle.





Screaming in the dark, I howl when we're apart. drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My blood is singing with your voice. I hunt for you with bloody feet across the hallow'd ground— Florence and the Machine, Howl.
admin - the universe is full of intentions
avatar
Répartition : 19/01/2014
Hiboux Envoyés : 1391
Message Re: She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par Nam So Hyun, Lun 15 Oct - 23:44 (#)
Elle se souvenait de sa mère par brides, le plus souvent consommées par le feu qui semblait coller à la peau de celle qui lui avait donné son prénom. Nam Soo Kyu avait toujours aimé la chaleur, et c'est dans cette dernière que sa fille retrouvait les instants qu'elles avaient partagés, malgré les années qui laissaient des trous là où il ne devrait pas y en avoir. Elle se rappelait les cours sur les usages de politesse, sur les bons mots à utiliser, une tasse de thé en main ; sa gorge brûlait alors, gamine qui ne connaissait pas le feu. Mais depuis son corps portait les traces des dragons et des salamandres qu'elle avait abattu et le feu se reflétait dans son regard sans la briser. Et alors qu'elle observait la jeune femme qui l'avait interpelée, So Hyun retrouva dans ces yeux sombres la même lumière de feu follet qu'elle aimait tant dans les prunelles de sa mère. Celle qui l'avait brûlée jusqu'à la fin, jusqu'à cette passion avec un homme marié, un sang pur qui ne l'acceptera jamais, cette absence de logique qui lui prenait lorsque son coeur s'enflammait, qui la poussait à détruire son monde tant qu'elle pouvait goutter la chaleur qu'elle aimait tant. So Hyun était le fruit qui était tombé loin de l'arbre maternel, qui avait roulé jusqu'aux graines paternelles, parce qu'elle était une enfant de la logique froide, du pragmatisme cruel, aux rires épurés et aux courbes sobres. Elle n'avait jamais eu le charisme explosif de sa mère, l'attirance inflammable de la femme devant elle. Mais ces atouts avaient plongé sa mère à perdre son enfant devant la puissance du père, et So Hyun avait appris quel comportement la mènerait à sa perte très tôt.  
Elle hocha la tête et suivit Greer Cavendish, passant entre les corps des travailleurs avec souplesse et aisance. Elle n'aimait pas cette foule qui se pressait, aux contacts faciles. Entrant dans l'ascenseur, elle fit attention de ne toucher aucune personne, même si la seule façon était de se fondre quasiment au mur. Le silence ne dérangeait pas So Hyun, dont les yeux percevaient les regards de Cavendish, mais qui ne montraient rien, préférant regarder sans vraiment voir la porte de l'ascenseur. Lorsque cette dernière s'ouvrit, So Hyun prit sa première bouffée d'air frais depuis plusieurs heures, et se lamenta de ne pas pouvoir retourner dans l'immense bâtisse qui l'avait abritée pendant des années, loin des villes trop remplies de Chine. Mais la demeure de son père à Shanghai était loin, trop loin, et So Hyun ne voulait pas avouer que la Chine lui manquait, comme un boulet accroché à son coeur. Mais la grisaille de Londres n'arrivait pas à chasser la mélancolie qui la prenait dès qu'elle tombait sur des structures trop occidentales, lorsque ses mots se perdaient dans sa gorge et que sa langue maternelle se brisait devant les consonances anglaises qui lui venaient de plus en plus rapidement. Mais la ville anglaise lui plaisait, pourtant, malgré les défauts qui lui venaient trop rapidement en esprit. Elle se sentait libre, loin de celle qu'elle avait toujours cherché à fuir. Shufen ne l'effleurait pas, et ses ordres se perdaient à travers la distance qui les séparait, et l'espace d'un moment, alors que le vent soufflait dans ses cheveux, So Hyun eu l'impression de respirer sans collier autour du cou.
« Pas du tout. Je suis même plutôt ravie de sortir du Ministère. »
Les comités l'agaçaient, car l'administration était une machine rouillée qui prenait son temps, et So Hyun était un soldat plus habituée à réaliser ses missions seules sans accompagnement que discuter du pourquoi du comment avec des hommes qui ne s'étaient jamais retrouvés devant un dragon de leur vie. Mais ces pensées négatives se brisèrent sur l'odeur du bar, aux effluves presque plaisantes, entre le grain de la bière et la vigne du vin. So Hyun buvait peu, et l'alcool anglais était étrange sur ses papilles gustatives habituées aux gouts plus sucrés retrouvés dans les liqueurs asiatiques. Pourtant, elle était une créature curieuse, souhaitant se glisser dans la peau de ces citoyens londoniens, goutant à tout ce que ce pays pouvait lui offrir. Elle passa son regard sur ce qui l'entourait, puis le reporta sur Greer qui venait de commander des boissons. Elle lui sourit, la remerciant tacitement de ne pas avoir demandé de l'alcool et plongea sa main dans la fourrure dorée de son patronus. Habaek passa son esprit près du sien, et la caresse mentale était le baume apposé sur toutes les plaies ouvertes qu'elle possédait encore. La coréenne avait noté la présence d'un autre félin, notamment parce qu'Habaek était habitué à la solitude qui collait à la peau de So Hyun et semblait sur ses gardes face à ce patronus, qui comme beaucoup de gens, ne semblait pas connaître la définition d'un espace vital.
Le visage de So Hyun resta impassible, si ce n'était que poli. Elle avait survolé les problèmes politiques de l'Angleterre sorcière, et n'était ici que parce que son père l'avait ordonné. Cependant, sa venue était une réponse aux agissements de loup garous dont la population anglaise avait étrangement augmenté ces derniers temps. Le comité les voulait enfermés, et So Hyun les voulait morts.
Le nom du loup garou résonna dans ses souvenirs, et elle essaya de se rappeler de ce qu'elle avait lu sur lui, mais elle fit vite le tour de ce que le comité avait comme informations sur lui, et encore une fois, elle leur reprocha leur manque d'engagement. Ce n'était pas compliqué de savoir ce que Cavendish attendait d'elle, et So Hyun étira ses lèvres en un sourire rapide mais presque carnassier.
« Vous le désirez vivant.  » Il était plus compliqué pour elle que de les tuer rapidement, mais les lois anglaises étaient bien plus contraignantes, et les loup garous avaient un statut étrange. « Temporairement? Ou sera t'il enfermé comme le souhaite le comité? »Dans ses yeux sombres, il ne faisait pas de doute que le comité était inutile, et que s'il trouvait So Hyun extrême dans ses usages, il n'hésitait cependant pas à faire appel à ses talents de traqueuses. 



she’s choking on words she doesn’t know
flowers blooming on her tongue but roots in her throat. she was born praying to gods and bowing her head to kings. you must protect herthey whispered. in the tower she went and stayed, unjust imprisonment. in her stone prison, she blooms slow, anger sharpening bones and sparking blood. they forget that towers do not belong to princesses only, she whispers blasphemy, traces her finger over the sigils and runes carved into the secret stones and she murmurs until kingdom comes, until kingdom comes
admin - shame to die with one bullet left
avatar
Répartition : 18/06/2017
Hiboux Envoyés : 517
Message Re: She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par E. Greer Cavendish, Ven 16 Nov - 14:29 (#)
Si Greer Cavendish avait connue l’histoire de Nam So Hyun, elle aurait pu voir en l’histoire de cette jeune femme ce que serait devenu l’enfant dont elle avait avortée si elle avait décidé de le garder. Une passion pour un homme potentiellement puissant, charismatique, qui pouvait ou plutôt était en passe d’acheter tout ce qu’il voulait, y compris son enfant illégitime. Que serait devenue Délilah Cavendish si elle avait existé, si Alekseev Gaunt avait retrouvé sa mémoire et qu’il avait pu voir qu’il était père, une seconde fois. L’aurait-elle laissé faire ? Aurait-elle fait comme la mère de So Hyun ? Elle se serait probablement battue jusqu’au bout pour garder son enfant, trouver un terrain d’entente mais il était clair pour elle qu’elle n’aurait jamais accepté qu’il la reconnaisse s’il ne décidait pas d’assumer son amour pour elle… Si tant était qu’il restait de l’amour entre eux et non pas ce sentiment malsain et de l’indifférence. Mais Greer Cavendish n’avait aucune idée de l’histoire de cette jeune femme qui lui semblait pourtant sympathique. Elle se contentait de faire face à une personne qui, à ses yeux, ne lui servirait que d’intérêt pour l’instant et leurs intérêts à toutes les deux convergeaient. Il était inutile de préciser que Greer ne calculait pas son coup : si cela l’arrangeait que So Hyun la débarrasse du loup-garou en question, cela ne la dérangeait pas non plus d’y être pour quelque chose quant à l’évolution de la carrière de l’asiatique. Alors elle exposa, de manière factuelle, sa situation et ce qu’elle attendait de la jeune femme. Quand So Hyun lui dit qu’elle désirait Fenrir vivant, Greer se mit à sourire et hocha la tête :

« De préférence. Mais si vous n’avez d’autre choix que de le tuer… eh bien tant pis. »

Le manque d’empathie complet que pouvait ressentir Greer ne devait pas passer inaperçu mais dans sa tête, l’avocate se dit que non seulement So Hyun ne faisait que son travail et avait donc un permis pour tuer un loup-garou si la situation s’en faisait ressentir, mais aussi qu’elle n’avait strictement aucune empathie pour le rafleur qui avait débarqué chez elle là-bas même où son père était décédé, assassiné, où son patronus avait été poursuivi et où, lorsqu’elle s’était faite torturée, avait fait partie de ses tortionnaires et ne lui serait jamais venue en aide.

Qu’il crève.
Elle s’en fichait complètement.

Ce serait probablement très dommageable pour les informations qu’elle voulait récupérer, mais elle n’en voudrait pas à So Hyun. Fenrir ne méritait pas grande considération à ses yeux.

« Temporairement ? Ou sera t'il enfermé comme le souhaite le comité? »

Greer nota la légère inflexion dans sa voix et la lueur dans son regard. L’avocate ne s’y connaissait pas assez en créatures magiques et en régulation des créatures pour avoir un quelconque avis sur le comité. Mais elle voyait la situation sur un plan légal et quand bien même Fenrir avait un statut particulier aux yeux de la commission, il y avait quand même des lois qui devaient encadrer tout cela.

« Les créatures, demi-créatures, loups-garous et les lois les régissant ne sont pas de mon domaine d’expertise, mais cet individu aurait dû se présenter comme tous les autres devant la justice pour répondre de ses actes quant aux exactions qu’il a commises lors de la dernière guerre. Par conséquent, je pense qu’il sera probablement condamné si vous le ramenez vivant. Le fait qu’il ait fui ne va pas jouer en sa faveur. Je suppose que le comité le voudra enfermer mais il est possible qu’il s’en sorte… »

Elle marque une pause. Évidemment, les procès qui avaient eu lieux avaient été particulièrement étranges. On avait essayé de contenter tout le monde et de ne froisser trop personne. Certaines injustices avaient été commises. Il y avait donc une possibilité que Fenrir s’en sorte. Greer adressa un sourire énigmatique et reprit, plus bas cette fois-ci :

« Je suppose que s’il s’en sort, il sera régi par vos lois et votre juridiction… »

Sous-entendu, So Hyun aurait tout l’occasion de faire ce qu’elle voulait de lui. Tant qu’il répondait aux questions, ce qu’il advenait de lui après n’avait aucune importance pour Greer.

« Je vous ai fait la liste des … collègues, un sourire méprisant s’installe sur ses lèvres quelques secondes et elle sort d’un coup de baguette magique la petite liste avec les noms inscrits dessus. qu’il a pu avoir notamment quand il était raffleur. Peut-être qu’il a parlé à une de ses personnes et que vous aurez plus de renseignement sur sa position ? »
« Bordel, tu as mis Alekseev dessus. » constate Shadow.

Greer ne répond rien à sa panthère mais il était évident que son nom apparaisse. Il avait après tout travaillé avec lui et So Hyun aurait probablement l’occasion de faire le rapprochement. Si elle n’avait pas mis son nom, porbablement que So Hyun aurait des soupçons.

« Désirez-vous d’autres informations qui pourraient vous être utiles ? » demanda finalement l’écossaise à la coréene, avec patience et calme.





Screaming in the dark, I howl when we're apart. drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My blood is singing with your voice. I hunt for you with bloody feet across the hallow'd ground— Florence and the Machine, Howl.
Contenu sponsorisé
Message Re: She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)
par Contenu sponsorisé, (#)
 

She's a maniac, a maniac on the floor and she's dancing like she never danced before (Nam So Hyun)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Londres :: Ministère :: Couloirs et ascenseurs