BELLUM PATRONUM


Version 33

Nouvelle année, nouvelle version installée ainsi que sa flopée de nouveautés !
Vous pouvez la commenter ici.
Groupes fermés

Les sang-purs étrangers sont fermés. Redirigez-vous vers les familles de la saga ou des membres.
équilibre des groupes

Nous manquons d'étudiants, de membres des partis politiques Phénix et Gardiens.
Nous manquons également de Mangemorts.

[Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.
membre du mois - you are our gold
avatar
Répartition : 05/03/2018
Hiboux Envoyés : 476
Message [Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.
par Adonis A. McLeod, Sam 1 Sep - 11:39 (#)
Bon sang de Merlin par Salazard, qu'est-ce que je fous là.

Au bar, Alekseev, Jill, Charlie. Lenore, Greer, Léandre avec Cain au milieu de tous. Des nouveaux amis que je ne connais pas, des anciens que je n'ai pas revu depuis que j'ai quitté Poudlard... tous ces gens avec qui j'ai passé une adolescence et une vie de jeune adulte en parallèle de mes ambitions. Une vie sociale où Cain et moi étaient au centre de tout. Des amours et des souvenirs de pur folies, où notre richesse était, mieux que la fortune de nos père, notre inconséquence maladive.

Le jour j'étais l'élève modèle, et la nuit ton siamois dans le vent de l'extase, jamais le dernier à sourire d'une bévue et jamais le dernier à proposer un méfait.

J'ai toujours été le Prince Charmant alors que tu étais déjà le Roi Soleil.

Mais cette ambiance folle, entre les murs du Gentleman's, me semble comme un écho à ce que je ne suis plus. Mes nuits se sont changées en mes jours, et mes amis sont devenus des collègues. Je suis devenu, progressivement mais sûrement, une coquille vide qui a pourri de l'intérieur, au vu et au su de tous. J'étais déjà creux à l'époque, mais au moins certains regards se penchait encore vers moi.

Aujourd'hui cette frontière est définitivement infranchissable. Je suis marié. Assistant de ministre. Pleins du miasmes qui entoure la folie des grandeur, et j'ai 28 ans.

Je me sens fini, défini, et bloqué, dans une vie qui se recroqueville sur elle-même, sur l'échec de mon mariage, et sur l'échec de mes efforts à rester un homme agréable. Un homme avec qui il n'est pas désagréable de passer une soirée.

Parfois les femmes dansent encore dans mes bras, mais rarement pour rire. Plus pour étendre mon et leur empires.

Souvent les hommes trinquent avec moi, mais pas à la vie, mais aux millions qu'ils investissent, et moi au monde qui change à l'image de mes désirs.

Toujours je souris, mais jamais je ne suis heureux.

J'ai 28 ans, et vous, vous vivez.

Je suis déjà mort, perdu dans mes ambitions qui ne trouvent plus de joie aux exploits qui apparaissent avec mon nom dans les coupures de journaux.

Les rêves sont si loins. Aurais-je du vibre, comme vous tous ? Aurais-je du vivre et oublier le monde ? Oublier l'honneur et cette fois indestructible en mon propre pouvoir ? Le regard de père, la main tendue, une seule fois dans ma vue entière, par Grand-père, pour rattraper mes erreurs ?

Aurais-je ravaler ma fierté, faire des coupes à mes valeurs, raboter mes idéaux et me contenter de vivre ?

Je vous vois. Et l'idée est tentante.

A toi Cain je souri, d'un sourire plein de haine pour ta joie de vivre.

A toi Delliha, je ne cache rien, ni de mon ennui profond, ni de cette fatigue.
Tu entends sans doute Elle, réapparue depuis peu, chanter d'un bleu profond et noir un désespoir jaloux.

A toi Alekseev, je n'ai pas besoin de montrer mon visage. Je ferme à peine mon esprit, par politesse sans doute. Tu m'as amené ici sans mauvaise volonté ni mauvais esprit. Tu sais comme il me manque. Tu sais comme j'ai sans doute besoin de tout ça. Je ne t'en veux pas.

Je m'en veux à moi-même, d'être cette poupée creuse, qui n'a plus une once de joie qui n'est pas corrompue par le pêcher.

Je lève la tête et me reconstruit un sourire.

J'ai 28 ans.

Trop de travail. Pas assez de sommeil. Encore une femme. Pas d'enfants. Je suis une éponge sèche, et je ne sais si j'ai envie de me mettre en contact avec votre vitalité. Qu'avalerais-je sinon la distraction et le déni ?

Mais il est temps de faire confiances aux peu de gens qui restent encore, malgré mon coeur sec.

Ce soir sans doute, il va falloir vivre.

Je reviens aux côtés de mon frère, prend un verre, et trinque.

"Est-ce que quelqu'un a beaucoup, beaucoup d'alcool, et une moto volante ?"

La narration a écrit:

8 août 1984, soir à nuit.
28e anniversaire des jumeaux McLeod.
Au Gentleman's, un portail relie l'une des pièces à une plage en Ecosse, aménagée pour l'occasion de jeux. La zone est protégée des moldus et des intrus éventuels par un florilège de sortilèges. Cependant, tous comme ceux filtrant l'entrée du bar, ils ne sont pas impénétrables et tout le monde est bien occupé à boire pour surveiller qui force ou trompe le sortilège. Un complice vous garantirait presque une entrée sans invitation.

Dans l'ivresse générale, on danse sur toutes les musiques possibles. Sur ordre d'un des jumeaux, un bon paquet de galions peut tomber dans un achat excessif et express. C'est ainsi qu'une moto volante et apparue sur la dite plage Écossaise en moins de temps qu'il n'en faut pour dire 'Accio'.

La magie coule presqu'autant à flott que l'alcool, les métamorphoses en tout genre ont déjà commencées. Méfiez-vous de vos verre, les potionnistes sont de sortie.

Des elfes de maisons, invisibles, tentent désespérément de garder l'endroit propre, mais que voulez-vous : la démesure à un prix.

Si vous n'êtes pas invités mais que vous tombez sur un des jumeaux, tentez toujours de faire croire qu'un invité vous a embarqué avec lui. Si vous êtes chanceux, aucun chargé de sécurité ne vous poursuivra sous un tonnerre de rires moqueurs pour vous jeter dehors comme le digne squatteur que vous êtes. L'alcool coûte cher, non mais.

Il n'y a pas qu'à boire, mais aussi à manger. Méfiez-vous tout de même, vous n'êtes pas à l'abri de récolter quelques cou de girafe et queue de zèbre.

Tout le monde conserve sa baguette. Faites-y attention et éviter d'énerver un sorcier ou une sorcière un peu trop éméché ; on ne sait jamais ce qu'il pourrait en faire.

Vous pouvez créer d'autres tropical lié à cet événement en parallèle avec le tag [Double Birthday, double problems].



admin - their tense grace made tender
avatar
Répartition : 22/02/2017
Hiboux Envoyés : 1457
Message Re: [Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.
par Charlie de Breteuil, Jeu 6 Sep - 12:29 (#)
Elle se retrouve un peu au milieu de tout ça, pas très sûre d’elle pour le coup. Elle s’était pourtant dit que c’était une bonne idée d’y aller. Après tout, depuis combien de temps n’avait-elle tout simplement pas participé à ça ? Un peu trop longtemps à son goût et elle n’était même plus sûre de savoir comment on faisait d’ailleurs, de vivre un peu et laisser ses problèmes à la porte. Il fallait le dire : Charlie de Breteuil passait son été à s’occuper des autres sans avoir un moment de répits. Si elle avait accepté de venir à l’anniversaire des McLeod, c’était probablement parce qu’elle avait envie de faire autre chose de ses journées et de ses soirées que de s’occuper de son association. Et puis, ça faisait après tout un baille qu’elle n’avait vu ni Adonis, ni Caïn.

Depuis qu’elle avait disparu il y a maintenant deux ans, en fait.

Mais quand même, elle se sent un peu gauche, un peu mal à l’aise. Un peu seul aussi parce que la seule personne avec qui elle avait envie d’y aller travaillait ce soir-là. Elle s’était dit que c’était une bonne occasion d’inviter Narcisse. Après tout, elles n’avaient pas eu l’occasion de se voir depuis les examens et Charlie s’avouait de plus en plus troublée par la jeune femme. Il ne s’était rien passé depuis leur dernière série de baisers échangés dans la salle d’art magique.

« Oh mon dieu, il y a des guimauves dans du chocolat ! » s’exclama Voltaire.

Charlie fronça les sourcils et tourna la tête vers l’endroit que lui indiquait Voltaire. En effet, il y avait une fontaine infinie et des guimauves. La française décida de laisser son patronus manger (sa seule activité depuis un certain temps d’ailleurs comme s’il cherchait à compenser la perte de poids affolante qu’elle avait subi). Laissant l’écureuil essayer de mettre la grosse guimauve dans le chocolat sans tomber dedans même si elle savait que l’envie ne lui manquait pas d’essayer, la blonde regarda les différentes boissons. Après quelques secondes d’hésitation, elle resta à regarder une boisson bizarre. Relevant la tête, elle chercha quelqu’un autour d’elle pour demander si la personne savait ce que c’était. Captant un invité, elle s’approcha, étendant son lien avec Voltaire qui avait déjà essayé de prendre une pique et de se diriger tant bien que mal vers sa guimauve pour la piquer avec maladresse à cause de la longueur de la pique par rapport à lui, et s’éclaircit la gorge pour essayer de capter l’attention de la personne.

« Hum, excuse-moi ? » Petit sourire. Elle indique la boisson qu’elle avait vu de la main. « Est-ce que tu sais ce que c’est ? J’aimerais bien goûter, mais j’ai peur de ne pas aimer. »

Et elle attendit patiemment que la personne lui réponde.

HJ : La personne à qui s’adresse Charlie est libre Daengelo





She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
admin - shame to die with one bullet left
avatar
Répartition : 18/06/2017
Hiboux Envoyés : 517
Message Re: [Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.
par E. Greer Cavendish, Jeu 6 Sep - 14:20 (#)
« Shadow, regarde ce que j’ai trouvé. » dit-elle psychiquement à Shadow qui venait de rentrer dans la chambre en se léchant les babines.
« C’est pas la robe que t’avais quand t’es partie en vacances avec Alekseev il y a cent deux ans ? » dit la panthère, blasée.
« Si… »
« Génial. Allez, dépêche-toi de l’enfiler pour calmer ta mémoire autobiographique trop chiante et ramène toi, il y a Otto. »
« Que tu es de bonne humeur. » soupira Greer avant de se relever et de passer la robe sur elle.

Elle ne mit pas longtemps à sortir de sa chambre, sa longue robe d’été lui donnant un air sage, ses cheveux attachés avec un foulard, ses bracelets autour de ses poignets et un maquillage léger sur le visage. Look assez rétro quand on y pensait mais en plein milieu de l’été, était-ce vraiment dérangeant ?

En tout cas, elle avait l’air particulièrement normale, pour une fois, à côté d’Otto qu’elle saluait.

« Salut la fourmi. » lui adressa-t-elle, taquine. Surnom tout droit venu des fourmis et leurs phéromones, tout comme Otto était capable de booster la libido des autres en un rien de temps. « On y va ? »

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux devant le Gentleman’s. Greer attend patiemment de rentrer avec d’autres invités et non invités.

« Bon, je te promets, cette fois-ci on va rentrer. » lui dit-elle en riant, faisant allusion au bar où ils avaient été refoulés.

Constant qu’ils étaient bloqués par une personne qui de toute évidence n’avait pas été invitée, Greer soupira et vint passer son bras sur les épaules de la personne qui essayait de tromper la vigileance du videur. Un grand sourire chaleureux, qui tranchait habituellement avec sa froideur légendaire, elle adressa un clin d’œil au videur et s’exclama à la personne qu’elle avait décidé d’embarquer avec eux :

« Eh bah ! On t’a cherché partout ! Tu faisais quoi bon sang ?! »

Jouant parfaitement la comédie et collant un bisou sur la joue de la personne sans la moindre gêne, elle s’adressa finalement au videur :

« Greer Cavendish, je suis sur votre liste et je suis accompagnée par… »

Elle prend la main d’Otto.

« Mon copain et mon ami. »

L’agent de sécurité les laissa finalement passer et c’est relâchant tout de suite la main d’Otto et les épaules de la personne qu’elle avait fait rentré. Adressant un clin d’œil à la personne, elle la laissa vaquer à ses occupations. Puis, elle voulut se tourner vers Otto… mais constata qu’il avait disparu.

« … Génial. »
« Heureusement que t’as dit que tu voulais pas rester seule hein… » se moqua Shadow.

Greer leva les yeux au ciel et décida d’aller saluer le plus sobrement possible du monde Caïn avant de s’échapper pour éviter de discuter avec lui et d’aller directement prendre à boire.

« Bonsoir. Vous avez quoi comme alcool ? »
« Plein de trucs. »
« Ok, l’alcool le plus fort que vous ayez, s’il vous plait. »

Elle enquilla le verre rapidement avant que son regard ne soit attrapé par le portail. Curieuse, elle décida de le passer.

« Tiens, mais c’est chez nous ça… Bah dis donc, ta robe d’été de l’an Pèbre, l’Ecosse, une plage. Souvenirs, souvenirs. » commenta Shadow qui restait à sur son épaule sous forme de mante religieuse pour ne pas gêner.

Un sourire se dessinant sur les lèvres de Greer, elle décida d’aller danser après avoir bu un autre verre d’alcool. Alors qu’elle était sur la piste de danse, elle retrouva la personne qu’elle avait fait passé. S’approchant d’elle pour lui parler à l’oreille à cause du bruit, elle lui adressa malgré tout un sourire :

« Alors tu t’amuses bien ? »

HJ: Greer a fait rentré une personne aveec elle Brille Homme, femme, demi-gobelin ou autre, la place est totalement libre Brille





Screaming in the dark, I howl when we're apart. drag my teeth across your chest to taste your beating heart. My blood is singing with your voice. I hunt for you with bloody feet across the hallow'd ground— Florence and the Machine, Howl.
Contenu sponsorisé
Message Re: [Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.
par Contenu sponsorisé, (#)
 

[Double Birthday, Double problems, main topic]Et la vie continue.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Londres :: Rive Nord