BELLUM PATRONUM


Version 33

Nouvelle année, nouvelle version installée ainsi que sa flopée de nouveautés !
Vous pouvez la commenter ici.
Groupes fermés

Les sang-purs étrangers sont fermés. Redirigez-vous vers les familles de la saga ou des membres.
équilibre des groupes

Nous manquons d'étudiants, de membres des partis politiques Phénix et Gardiens.
Nous manquons également de Mangemorts.

La Gazette du Sorcier : Une élection politique spéciale
pnj - we are all subjects to the fates
avatar
Répartition : 26/04/2013
Hiboux Envoyés : 386
Message La Gazette du Sorcier : Une élection politique spéciale
par No one, Jeu 13 Sep - 14:24 (#)
La gazette du sorcier
édition du 31 Aout 1984 : Edition spéciale politique
Du grabuge dans les placards. 08h00, lundi matin. Josette Gales se rend au ministère pour débuter sa journée de travail dans le département de régulation des transports magiques. Ce n’est pas un sourire qu’elle arbore, mais un air désabusé. « C’est vraiment compliqué de travailler dans ces conditions », nous annonce-t-elle, penaude. « Avant, j’étais contente de retourner au travail le lundi, avec mes collègues Ramona et Chantalia c’était un peu comme une petite fête pour nous de nous retrouver. On ramenait toutes des biscuits qu’on avait fait dans le week-end, et on parlait des collègues à la pause de 10h, c’était super. Mais avec l’ambiance qu’il y a au ministère, on a plus le cœur à faire de la pâtisserie. »
« Les couloirs sont déserts », nous dit Gerard Duckfield, « avant on croisait toujours quelqu’un pour papoter un brin, mais là personne sort de son bureau et quand ils le font ils courent en frôlant les murs. Tout le monde se méfie de tout le monde et reste le nez plongé dans ses dossiers. »

Malgré tous les efforts du Triumvirat pour nous faire croire que tout va pour le mieux, les témoignages sont unanimes. Contrairement à ce qu’ils essayent de nous faire gober, non, la paix et l’unité ne règnent pas au sein du gouvernement magique. Les tensions, de plus en plus nombreuses de jour en jour, sont palpables au sein de l’institution, et elles commencent à couler sur le reste du monde magique. En l’absence de politique de cohésion mise en place, ce gouvernement éclaté par les querelles intestines n’aide en rien la société à aller de l’avant. Si l’intention était louable, empêcher notre monde de sombrer dans un despotisme tout relatif, le bilan de ces derniers mois se révèle catastrophique, et nous laisse même présager que leurs si bonnes intentions n'étaient qu'un prétexte pour ne pas céder le pouvoir aux autres partis. Et les rivalités politiques sont plus vives que jamais, comme en témoignent les nombreux faits divers alarmants que nous avons relayé tout l’été, et notre monde est au bord de l’implosion.

Fort heureusement, l’annonce récente de l'organisation de nouvelles élections nous laisse quelques espoirs. Deux ans tout juste après l'élection d'Amos Rosier, les sorciers du Royaume Uni vont pouvoir choisir un nouveau ministre qui aura pour tâche de redresser un pays à peine sorti de la guerre civile. Qu'importe le candidat élu, sa tâche sera compliquée. Prions pour que l'heureux élu soit à la hauteur de la mission semée d’embûches qui l'attend, et que notre monde retrouvera la paix et la sérénité que nous souhaitons tous.  

La continuité, la sérénité et le feu. Quelques heures seulement après l’annonce officielle de l’organisation de l’élection du ministre de la magie, les partis politiques sorciers ont commencé à avancer leurs pions en dévoilant leurs candidats. Si c’est sans surprise que les représentants des partis durant le Triumvirat ne briguent pas le poste, les choix des trois groupes pour leur leader est quand à lui plus inattendu, voir même surprenant. 

C’est au fond de leurs rangs, ou même de leur placard, que les gardiens sont allés chercher Harold Croupton. Si c’est un homme discret depuis plusieurs années, son nom ne peut vous être inconnu. Ministre de la magie pour deux mandats de 1948 à 1957, il s’est surtout fait remarquer par sa politique stricte concernant le secret magique. Fervent défenseur de la séparation de nos deux mondes, Harold Croupton s’est toujours battu pour faire durcir les lois éloignant moldus et sorciers, et par la même occasion les peines à l'encontre des sorciers enfreignant ces règles. Il est surtout connu pour la loi interdisant les couples mixtes, inspirée de nos confrères américains, qu'il a tenté de faire passer en 1957 et qui a rencontré une telle opposition qu'il a été forcé de démissionner avant la fin de son mandat.
S'il a déjà fait ses preuves au poste qu'il convoite, il sera difficile pour lui d'effacer le souvenir d'Amos Rosier, son prédécesseur à la tête des gardiens, et le sorciers à l'origine de toutes ses infamies. Et ce malgré la modération et la mesure des propositions de Gloria-Gladys Greengrass.

Les Phénix ne sont pas en reste quand il s'agit de surprendre. Bertram Tinley, sans doute le plus secret et le plus réservé de tous les pontes du parti a été désigné par ses pairs pour les représenter. Si beaucoup espéraient que Gentiane Duboissec, la plus appréciée des représentants au Triumvirat, tenterait le poste, certainement personne ne s'attendait à ce que ce sorcier brillant et respecté le fasse à sa place.

C'est sans doute un message d'ouverture à l'international que les Phénix envoient, à travers ce diplomate. Médiateur reconnu, il s'est beaucoup investi dans la politique internationale, en empêchant plusieurs conflits entre communautés de sorciers de basculer dans des guerres dévastatrices. A travers lui, c'est donc également un message de paix qu'ils tentent de véhiculer, et ayant fait ses preuves, nous pouvons être assurés qu'il aura les épaules suffisamment solides pour mener à bien la mission qu'il s'est choisie.

Enfin c'est très probablement le FLM qui fait le plus parler de lui avec la nomination officielle de sa candidate. Seule sorcière de l'élection, elle est aussi la plus inattendue des trois à cette position. S'ils avaient pu nous laisser croire à une stratégie tout en retenue avec la mesure, certes relative, de Tybalt Dandélion, c'est la candidate aux idées les plus affirmées, et les plus extrêmes qui a remporté le vote de ses camarades et s'est imposée comme leader incontestée du parti.


Pourtant rien ne prédestinait Heba Murr à une carrière politique, historienne de la magie connue principalement pour ses thèses sur les système sociétaux des êtres de l'eau et leurs relations avec les sorciers, tout semblait indiquer qu'elle poursuivrait dans cette voie. Mais les événements tragiques qui sont venus chambouler sa vie personnelle ont fait d'elle l'une des membres les plus virulentes du FLM, et la critique la plus sévère de notre communauté.

 Avec un programme marqué par des mesures révolutionnaires et novatrices, il semble clair qu'elle veuille construire un monde nouveau, et que cela ne pourra se faire sans embraser la société dans laquelle nous vivons.

L'outsider. Peut être avez vous déjà entendu son nom, peut être l’avez vous lu sur des affiches pour le moins expressives sur le chemin de traverse, ou peut être qu’il vous est totalement inconnu. Véritable outsider dans la course au pouvoir, Jean Michel Labaraque n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Véritable figure de l’opposition de chaque instant, ses combats sont tous aussi marquants que ridicules. Après avoir voulu faire créer une école de sorcellerie pour Trolls, après avoir milité contre l’utilisation des chouettes et des hiboux dans le système postal sorcier, ou encore d’avoir tenté de faire entrer les strangulots dans la catégorie des êtres magiques, voilà qu’il s’attaque au plus absurde de ses combats : mettre un terme à l’exploitation des elfes de maison par les sorciers. Interrogées sur les actions qu’il compte mettre en place au plus vite, les créatures concernées sont unanimes : monsieur Labaraque n’a qu’à s’occuper de ses affaires. 
L’outrage est tel que le département créatures de sainte mangouste se retrouve débordé suite aux malaises que les elfes endurent quand ils croisent une affiche du polémiste. 
Plusieurs plaintes ont déjà été déposées auprès du ministère pour diffamation, les esclavagistes notoires semblant assez peu enclins à se laisser traiter de la sorte en toute impunité. Quand d’autres ont préféré lui réclamer des indemnités pour compenser le coût de l’hospitalisation de leurs elfes de maison et le préjudice moral subi par leur absence. 

Mais la lutte exemplaire menée par notre brave sorcier pourrait ne pas se poursuivre au delà d’une liste un peu pompeuse sur quelques tracts et deux trois affiches. Jean Michel Labaraque n’a en effet pas réussi à trouver ni le soutien financier ni le cercle d’influence nécessaires à une présentation officielle sans collège de sorciers pour proposer sa candidature, et payer pour celle ci, elle ne sera pas prise en compte. 
A seulement quelques semaines du premier tour de l’élection, cela semble compromis pour lui. 

Articles rédigés par Sanzé I. Tassion, photographie prise par George De La Vertemontagne
 

La Gazette du Sorcier : Une élection politique spéciale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

BELLUM PATRONUM :: Annexes :: Le Kiosque à Journaux Sorciers :: La Gazette du Sorcier